Culture

Le peuple juif va-t-il disparaître?
Par Guy Sorman(*)

Par L'Economiste | Edition N°:1176 Le 02/01/2002 | Partager

Au temps du Christ, il y a vingt siècles, on estimait à vingt millions le peuple juif, un chiffre énorme pour l'époque; ce qui explique sans doute entre autres raisons la diffusion rapide du message chrétien parmi les enfants d'Israël dont Jésus lui-même était issu. Parmi eux, déjà, le plus grand nombre vivait en exil comme si la diaspora était la condition normale ou du moins la vocation des juifs, témoins parmi les nations depuis la chute du premier temple et l'exil à Babylone. Deux mille ans plus tard, les juifs ne comptent plus qu'une douzaine de millions d'individus; osera-t-on admettre que leur lien avec la religion juive est souvent ténu? Et il va se dissolvant par les mariages mixtes qui, en exil, sont devenus la norme. Cette dilution par le mariage ou par l'abandon des traditions réduit la diaspora ou ce qu'il en reste de manière plus drastique encore que n'y parvint l'holocauste; les juifs de l'exil qui faillirent périr par la haine des nazis seraient-ils maintenant en voie de disparaître par l'amour et le mariage? Qui ne voit combien ils négligent de transmettre à leur descendance le message reçu de leurs ancêtres, que ce message fût religieux ou plus simplement de l'ordre de la civilisation? Parmi ce peuple, qui va se restreignant et se dissolvant, les citoyens de l'Etat d'Israël ne représentent à leur tour que la minorité d'une minorité. Si bien que ce qui est en jeu au Proche-Orient n'est pas tant le sort des Palestiniens que la disparition programmée d'Israël, comme Etat, comme peuple, comme porteur d'un message si message il y a.. Le fort n'est pas celui qu'on croit Au rebours des images, des violences, du bruit des armes et des commentaires dominants, à la mesure de l'histoire, le fort n'est donc pas celui que l'on croit et le faible n'est pas celui que l'on dit. Qu'est-ce en effet qu'une riposte israélienne aussi brutale soit-elle contre des Palestiniens que l'on qualifiera au choix de résistants ou terroristes? Au mieux du temps gagné. Mais à la mesure de l'histoire, pas même de l'histoire longue mais d'une génération, que pèsent trois millions d'Israéliens face à deux cents millions d'Arabes dont les Palestiniens ne constituent qu'une phalange avancée et militante. Les Palestiniens le savent et le monde arabe plus encore; à terme, le nombre l'emporte et la démographie sera probablement victorieuse sur toutes les stratégies et tous les pieux espoirs («processus») de paix. Quelle paix d'ailleurs?Imagine-t-on vraiment les Palestiniens et le monde arabe se satisfaisant d'un Etat-croupion, enclavé et non viable? L'Etat palestinien peut incarner l'espoir d'une élite locale en quête de reconnaissance internationale et de postes, mais en quoi le peuple palestinien y trouverait-il son compte, économique ou politique? L'aspiration ultime du monde arabo-musulman est de constituer la communauté des croyants sinon de l'islam tout entier mais au moins celle du monde arabe, une aspiration parfaitement légitime. Mais Israël n'y a pas sa place, la colonie juive est comme une encoche dans ce rêve; nulle surprise que ce songe arabe, légitime, répétons-le, ne conçoive pas Israël comme autre chose qu'un avatar de la colonisation franque; le royaume de Jérusalem dura un siècle, les Arabes se le rappellent. L'Israël moderne aurait-il déjà accompli la moitié de son parcours historique? Ou plus peut-être?Car il suffirait d'une bombe, une seule, chimique, nucléaire ou sale comme l'appellent aujourd'hui les stratèges pour qu'Israël soit rayé de la carte. Imaginons un instant l'équivalent de l'attentat du 11 septembre perpétré contre Tel-Aviv? Rien n'est moins simple désormais que de le concevoir puisque le précédent existe; les combustibles sont en libre circulation et le nombre des candidats au suicide à l'évidence plus que suffisant. Une bombe suffirait donc pour que disparaisse la plus grande part de la population d'Israël et que le reste fuit sans attendre son extermination finale. Ce scénario est réaliste; il est probable que quelques Ben Laden l'ont en tête et que New York, ville juive autant que Tel-Aviv, fut une répétition de ce nouvel holocauste possible. Que dirait alors le monde, ou «la communauté internationale?» Comme pour l'holocauste précédent, ils s'en repentiraient. Pourrait-on empêcher cela, le prévenir? On n'en prend pas le chemin puisque tout se passe, au niveau diplomatique et de l'opinion alimentée par les médias comme si une paix de type immobilier suffirait à mettre un terme à un conflit que l'on voudrait croire géographique mais qui est au moins métaphysique. La survie d'Israël et non pas celle des Palestiniens n'est pas véritablement prise en considération; elle supposerait d'ailleurs un accord non pas avec les seuls Palestiniens mais avec tous les Etats arabes environnants dont on ne voit pas qu'ils sont même sollicités pour respecter la survie d'Israël; au surplus, conclura-t-on jamais un traité respecté entre les arrière-pensées?. Juifs sans Israël?Si Israël disparaissait, il n'y aurait plus d'Israéliens. Resterait-il des juifs?La diaspora, avons-nous observé, est la condition historique quasi normale du peuple juif; n'a-t-il pas survécu deux mille ans en diaspora? Mais le monde a changé et les juifs aussi; aux Etats-Unis, en Europe, en Russie, en Argentine, les ultimes grandes communautés en exil, le taux des mariages mixtes évolue entre 50 et 70%; si les enfants de mères juives restent techniquement juifs si l'on peut dire, les enfants des hommes qui ne le sont pas cessent d'appartenir au peuple juif. Outre ces considérations strictement rabbiniques et contestées par les juifs libéraux, le fait est que les mariages mixtes dissolvent la mémoire et suspendent les rites; ce qui vaut aussi de plus en plus au sein des mariages entre juifs. Le judaïsme qui fut une religion, un message et une culture tend à ne plus être qu'une culture seule; bientôt en exil autant qu'en Israël, ce ne sera plus que le souvenir d'une culture. Ultime paradoxe, ne subsisteraient alors comme juifs au-delà de la disparition possible d'Israël et de la dilution en exil que des groupuscules d'intégristes, caricatures d'un judaïsme archaïque d'Europe centrale pour qui le costume et la coutume tiennent lieu de mémoire.Imaginera-t-on un monde sans juifs? Pourquoi pas? Claude Lévi-Strauss interrogé sur cette perspective fit observer que les peuples disparus jonchent l'Histoire de l'humanité et qu'il s'en fallut de peu pour que les nazis ne réussissent leur pari d'extermination. Si les juifs disparaissaient, hors quelques sectes intégristes subsidiaires, qu'auraient-ils légué au monde? Le christianisme tout d'abord et aussi paradoxalement l'islam; sans les juifs, sans la Bible, pas de Christ, pas de Mahomet. Le judaïsme survivrait donc pour l'éternité prévisible chez ceux-là mêmes qui voudraient s'en défaire. Un autre legs aussi: l'ironie qui naît de l'exil. Parce que les juifs sont en exil, quel que soit le lieu où ils habitent, ils ont toujours porté sur le monde un regard distancié, qui éclaire leur humour insupportable et les théories qui en sont nées. Si tant de juifs ont interprété le monde autrement que du premier regard, de Freud à Marx, de Schomberg à Kandinsky, ce n'est pas du fait d'un génie particulier, mais parce qu'ils ont toujours occupé par rapport à ce monde une situation oblique. Ce décalage conduit à voir autrement ou à apercevoir une vérité qui porte au-delà de la réalité. Un monde sans juifs est-il envisageable? Il resterait alors le souvenir des juifs et une interprétation du monde qui n'eut pas été la même sans leur faculté de le décoder. Peut-être leur oeuvre est-elle achevée et les temps sont mûrs pour qu'ils nous quittent. Telle est du moins l'interrogation fondamentale que devrait susciter la fin possible d'Israël comme nation et celle de la diaspora qui va se dissolvant dans les étreintes conjugales. Cette jérémiade est-elle infondée? Dieu seul le sait.(*)Essayiste et chroniqueur, Guy Sorman s'est illustré par ses prises de positions iconoclastes, tant en matière économique que politique. Il prépare actuellement un livre sur le monde musulman

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc