×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Le nouveau challenge d'Atlas Voyages

Par L'Economiste | Edition N°:574 Le 17/08/1999 | Partager

· Constituer le noyau d'un groupe de services liés au tourisme

· L'ouverture du capital est envisageable pour suivre l'industrialisation du secteur

· Le voyagiste crée «Atlas Agro», une structure spécialisée dans les expositions agro-alimentaires étrangères


Trente-cinq ans après sa création et 140 millions de DH de chiffre d'affaires réalisé en moyenne par an, Atlas Voyages s'est hissé dans le cercle très fermé des majors de la distribution des voyages au Maroc. Si l'on ajoute les opérations cogérées, la facturation du voyagiste casablancais se situe à près de 200 millions de DH, soit l'équivalent d'une grosse PME. Les effectifs de l'agence s'élèvent à 147 salariés dont 17 temporaires. Des indicateurs qui lui permettent de côtoyer des poids lourds du secteur: KTI Voyages, Comanav Voyages, S'Tours, Holidays Services et Carlson Wagon-Lits, filiale du groupe Accor. «Nous devons figurer parmi les trois premières agences à capitaux marocains», lance fièrement M. Othman Chérif Alami qui a, après des études de tourisme à l'Institut Supérieur du Tourisme de Tanger, fait prospérer l'affaire que feu Mohamed Aziz Alami, fondateur d'Atlas Voyages, a léguée à ses héritiers.
Si l'entreprise a gardé son caractère familial par la composition de son actionnariat, «sa gestion, elle, a sensiblement évolué», tient à préciser M. Chérif Alami qui n'aime pas l'expression «entreprise familiale» en raison de préjugés négatifs qui lui sont associés. Il brandit l'organigramme de la société qui ne contient qu'un niveau hiérarchique entre le top management et la base. «N'est-ce pas le contraire d'une entreprise familiale?», fait-il remarquer.

La PME de voyages est en pleine croissance, et demain, il faudra trouver les moyens pour financer son développement. L'ouverture du capital aux partenaires étrangers à la famille? Ça n'a rien de tabou, répond en substance M. Alami, en ajoutant aussitôt que «pour l'instant, les niveaux de rentabilité ne sont pas très attractifs pour d'éventuels candidats». En tous les cas, si cela devait arriver un jour, l'entrée de nouveaux actionnaires sera l'occasion de revoir la structure de la société. Cela peut aller d'une holding regroupant l'ensemble des activités du portefeuille d'Atlas Voyages jusqu'à l'arrimage à un groupe financier local ou une association avec un groupement d'hôteliers dans le cadre d'un Groupement d'Intérêt Economique (GIE). Une formule qui présente l'avantage de coller à l'industrialisation de l'activité touristique.
De l'avis de M. Alami, la présence d'un groupe marocain intégré est plus que jamais une nécessité pour rivaliser avec les grands tours opérateurs sur le marché international. Dans le sillage, il s'agit aussi de développer de nouveaux types de produits touristiques, la petite et moyenne hôtelleries entre autres et d'hébergement qui font encore défaut à la destination marocaine: des kasbahs, des riyads, des campings, etc. «C'est mon rêve», confie le président d'Atlas Voyages, «en plus de l'installation des centres de promotion et de marketing dans les pays émetteurs en Europe».
L'organisation d'Atlas Voyages est structurée autour d'une demi-douzaine de centres de profits autonomes, qui correspondent à autant de pôles essentiels du tourisme: billetterie, tourisme réceptif clientèle internationale, incentives, golf, voyages organisés, tracking... Par ailleurs, l'agence s'apprête à adjoindre à ce dispositif un nouveau centre entièrement dédié à la promotion des expositions et foires agro-alimentaires à l'étranger, «une niche en forte croissance», selon le président d'Atlas Voyages.

Atlas Agro, c'est son nom, sera dirigée par un ingénieur agronome. Sa mission consistera à accompagner hommes d'affaires et industriels dans les expositions à l'étranger.
Chaque département est géré par un manager disposant d'un budget propre et des objectifs spécifiques. L'entreprise détient par ailleurs la moitié du capital du restaurant Tasfaoute, basé à Marrakech. Pour «rendre plus lisible son bilan, puisqu'une entreprise de services n'a pas besoin d'importantes immobi-
lisations», Atlas Voyages va progressivement réduire sa participation dans ce restaurant avant de se désengager.
Depuis trois ans, à la faveur de l'explosion de la demande des séjours vers le Maroc, l'agence a entrepris un important programme de modernisation. La Direction a investi 1 million de DH dans la bureautique et la formation des employés aux technologies de l'information et aux techniques marketing. En même temps, la société a renforcé ses effectifs après avoir embauché 94 personnes en un peu moins de dix-huit mois.

Abashi SHAMAMBA


  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc