×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Enquête

Le MEN s'attaque à la décentralisation

Par L'Economiste | Edition N°:615 Le 13/10/1999 | Partager



· En harmonie avec les conclusions de la Cosef, le MEN lance une expérimentation de l'autonomie
de gestion
· Un décret sur l'organisation des établissements d'enseignement est en cours de
finalisation


La qualité de l'enseignement et de la formation passe par une plus grande déconcentration des moyens et une plus large décentralisation des décisions. Le rapport de la Commission Spéciale Education-Formation (COSEF) l'a souligné dans son projet de charte nationale. Dans Son Discours devant le Parlement, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a validé ces propositions et a insisté sur la nécessité de revoir les méthodes de gestion pour "rationaliser les dépenses du secteur de l'enseignement".
En attendant l'application de ces orientations, le Ministère de l'Education Nationale (MEN) s'est déjà mis à la tâche. Un projet de décret est actuellement en cours de finalisation. Il prévoit de doter les établissements d'enseignement d'une organisation moderne et une autonomie de gestion suffisante. L'objectif est de dépasser les déficiences actuelles du système. En effet, et comme le soulignent les responsables du MEN, "l'organisation actuellement en vigueur est caractérisée par une déconcentration des structures non accompagnée d'un transfert suffisant de compétences". Et d'ajouter que "le pouvoir décisionnel demeure fortement centralisé, ne laissant que peu d'initiatives aux niveaux régional et local".
En attendant la parution de ce nouveau texte, le MEN anticipe et lance une expérimentation de l'autonomie de gestion sur un échantillon restreint d'établissements relevant de trois communes. Il s'agit de celles de Ryad Agdal (Rabat), Sidi Belyout (Casablanca) et Khémisset.
La première étape de cette expérimentation a été l'organisation la semaine dernière d'un séminaire de deux jours autour du thème de "l'autonomie de gestion des établissements scolaires". Ont été traitées les questions de l'opportunité de l'instauration au niveau des établissements d'enseignement d'un conseil d'administration, de l'autonomie financière et le rôle du partenariat avec les communes. L'objectif est d'atteindre une gestion de proximité, est-il indiqué.
Au MEN, il est précisé qu'une évaluation/redressement de cette expérience est prévue "avant de l'étendre aux communes avoisinantes et de la généraliser à tous les établissements du Royaume". La base du système sera un partenariat contractualisé entre, d'une part, les collectivités locales et la société civile et, d'autre part, les délégations provinciales du MEN et les autres services extérieurs de l'Etat.
Aniss MAGHRI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc