×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Entreprises

Le groupe Mekouar choisit la carte de l'intégration

· Création d'une nouvelle unité à Sidi Maârouf

Par L'Economiste | Edition N°:455 Le 03/03/1999 | Partager

La diversité des commandes auxquelles doit répondre la Manufacture de Confection à l'Export la pousse à s'intégrer en amont. A cet effet, le groupe Mekouar a inauguré le 1er mars une nouvelle unité de confection, Coppex, entièrement vouée à l'export et spécialisée dans le pantalon.


"Clic, Clac...", le ruban est coupé et la visite officielle commence. Il s'agit de l'inauguration de Coppex, une nouvelle usine de confection appartenant au groupe Hassan Mekouar qui intègre aujourd'hui toutes les filières. Dans le cadre d'une extension, le groupe MCE (Manufacture de Confection à l'Export) crée Coppex, dont la production est entièrement dédiée à l'exportation de produits d'habillement réalisés "à façon" (processus chaîne et trame). Un investissement qui contredit les attitudes moroses de beaucoup de confectionneurs.
L'usine dont l'effectif maximum sera de 400 personnes est active depuis quatre mois maintenant. Elle tourne à 30% de sa capacité de production et doit monter en puissance dans l'année. Le local, qui s'étend sur une superficie de 2.700m2, a nécessité un investissement de 5 millions de DH. Le parc de machines (Brother) entièrement neuf a coûté 9 millions de DH. L'investissement global, lui, est de 15 millions de DH dont moins de 50% financé par emprunt bancaire. Le directeur général et fils du fondateur du groupe, M. Rachid Mekouar, explique que cette société atteindra probablement saturation au courant de l'année prochaine, soit 5.000 pièces par jour. L'entreprise tourne 24 heures sur 24 et la majorité des employés sont des femmes. L'importance des commandes et la difficulté d'y répondre par le biais de la sous-traitance ont poussé les responsables à s'intégrer encore plus en amont dans la filière. "Ce n'était plus rentable pour le groupe d'avoir recours à la sous-traitance", indique M. Rachid Mekouar.

Ils ne peuvent pas avoir l'oeil rivé sur les milliers de pièces à sous-traiter. Alors, ils ont investi dans la création de cette usine dont la spécialité est le pantalon pour des marchés à l'export, tels que les Etats-Unis et la France. Pour l'instant, les plus grosses commandes sont passées par l'Américain Bloomingdale's.
Concernant la prospection, M. Mekouar explique qu'il enchaîne voyage sur voyage et s'adresse directement aux donneurs d'ordre. Le secret de la réussite pour lui, c'est le sérieux dont il ne se départit jamais "et qui fait aujourd'hui sa réputation dans le milieu des affaires", dit-il.
Le pôle textile n'a apparu dans l'activité du groupe qu'avec l'arrivée de M. Rachid Mekouar et la création de la société MCE, à Aïn Sebâa, en 1985. Cette usine emploie aujourd'hui 700 personnes et dirige toute sa production à l'export. Spécialisée dans le sportswear (anoraks, blousons, boxer shorts...), elle travaille pour de grandes marques, telles Puma, Intersport et Reebok en exclusivité sur le Maroc. Rien qu'avec cette marque, MCE réalise 20% de son chiffre d'affaires annuel, soit 30 millions de DH. "Un chiffre d'affaires qui est en progression constante de 25% par an depuis 8 ans", fait observer M. Mekouar.
L'autre partie de la production est essentiellement composée de jupes (produits finis) pour les lignes haute couture des grandes griffes, telles que Kenzo ou Courrèges. Un million de pièces sont annuellement produites et destinées aux marchés espagnol, français, italien, allemand et suisse.
M. Mekouar compte ouvrir une nouvelle unité de production pour désengorger MCE qui n'arrive plus à satisfaire la quantité des demandes qui lui est adressée. Le groupe possède déjà un local attenant et commence bientôt les rénovations. L'unité sera opérationnelle au courant de cette année.


Depuis le boubou à Dakar...


Après le tissage et la filature, le groupe est depuis presque quinze ans versé dans la confection. " Mais la saga a débuté il y a de cela une cinquantaine d'années au Sénégal", relate M. Rachid Mekouar. C'est à Dakar, avec la société Sotiba, entreprise de teinture de tissus spécialisée dans les boubous africains, que leur histoire démarre. Revenu au Maroc, M. Hassan Mekouar, fondateur du groupe rachète l'usine Icoma qui produisait alors du denim, de la toile et de la serge... Et l'affaire se transmet de père en fils. Outre le textile et la confection, le groupe Mekouar compte d'autres pôles d'activité différents dont la construction d'immeubles moyen et haut de gamme, l'imprimerie, la broderie ainsi que l'importation de fournitures pour la confection. Les entreprises sont au nombre de neuf: Icoma, Imprimerie Royale, Improtex, Mekouar Consort, Société Arida, Société Al Karam, Société Argeles, MCE et maintenant Coppex.
M. Rachid Mekouar est aussi membre actif d'associations de textile et de confection et d'associations caritatives.

Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc