×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

La Marocaine Vie: Seule, petite, mais efficace

Par L'Economiste | Edition N°:602 Le 24/09/1999 | Partager

· Le résultat net s'est établi à 6,81 millions, soit une hausse de 28,6%
· Dans ses perspectives de croissance, la compagnie mise sur sa force de vente et la proximité du client


Sur fonds d'optimisme et de satisfecit général, l'équipe dirigeante de La Marocaine Vie a présenté hier ses résultats semestriels.
Au terme du premier semestre, le résultat net s'est établi à 6,81 millions de DH contre 5,3 millions au 30 juin 98. Le chiffre d'affaires hors taxes s'est établi à 110,69 millions de DH à fin juin 1999 contre 83,88 millions à la même période l'année dernière, soit une hausse de 32%. Une analyse du chiffre d'affaires fait apparaître une augmentation des primes de plus de 44% à 79,33 millions. Parallèlement, les produits financiers ont bondi de près de 8% à 31,3 millions. Ces produits représentent les plus-values dégagées par le mouvement des fonds actions et obligations détenus par l'assureur.
L'assurance-vie, cheval de bataille de l'assureur, continue à soutenir le résultat de la société. A fin septembre, le résultat technique vie enregistre une progression de 118,72% à 14,78 millions.
Les primes se sont élevées à 64,88 millions, soit une hausse de 12%. De son côté, l'assurance non-vie affiche toujours un résultat net déficitaire. A fin juin, il s'est établi à 2,55 millions contre
-346.000 DH au premier semestre 1998. Pourtant, les primes ont grimpé de 18,1% à 14,44 millions de DH et la marge technique brute de 5,15% à 3,63 millions. "Techniquement, ce résultat n'est pas déficitaire ", affirme M. Hamza Kettani, président de La Marocaine Vie. Et d'ajouter: "Les pertes enregistrées sont dues essentiellement aux importants coûts de la réassurance et aux frais d'exploitation".
En effet, le solde de réassurance a atteint pour cette branche -1,86 million s'aggravant ainsi de 324,85%. Les frais d'exploitation, eux, se sont montés à 6,21 millions (+49,95%). "Cette progression des charges s'explique par l'étouffement de l'équipe de vente et du réseau de La Marocaine Vie", affirme M. Bachir Badou, directeur général de La Marocaine Vie. Dans ses perspectives de croissance, La Marocaine Vie compte renforcer davantage sa position. "Notre stratégie est confortée par l'absence du système de couvertures sociales pour les professions libérales, surtout que l'Assurance-Maladie Obligatoire (AMO) ne les intègre pas", explique M. Badou.
Pour cela, la compagnie mise sur sa force de vente. "La stratégie actuelle est axée sur la formation et le développement de cette force de vente", souligne M. Badou. A cela s'ajoute la proximité géographique du client. Outre les délégations régionales, La Marocaine Vie prévoit l'ouverture de bureaux de souscription dans les villes de tailles petite et moyenne (Oujda, Meknès, Mohammedia...).
Plusieurs événements ont marqué l'année 1999. D'abord, les pourparlers entre l'assureur et plusieurs compagnies aussi bien nationales qu'étrangères concernant une éventuelle fusion. Des discussions qui n'ont apparemment pas aboutie, puisque M. Kettani affirme qu'aucune "proposition n'a été retenue". Ensuite, il y a eu le renforcement de Swiss Re, le premier assureur mondial dans la branche Vie, de 5% dans le tour de table de l'assureur. Sa participation (directe et indirecte) s'élève aujourd'hui à 10%.
Rappelons que l'assureur a mis en paiement depuis le 20 septembre un dividende de 15 DH par action relatif à l'exercice 1998, représentant près de 38% du résultat net. Ce qui la place dans la moyenne du marché.
En bourse, le titre est peu liquide comme toutes les petites capitalisations de la place. Le timing d'introduction a greffé le cours en bourse. A l'instar des autres sociétés cotées, son prix a été touché par la vague baissière déclenchée depuis le mois de février. Il s'est établi lors de la séance du 21 septembre à 537 DH, soit une contre-performance de 9,75% depuis le début de l'année.

Yousra MAHFOUD








Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc