×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

La crise a privé 30 millions de personnes d’emplois

Par L'Economiste | Edition N°:3509 Le 15/04/2011 | Partager
Strauss-Kahn appelle à des politiques pragmatiques
Il pointe aussi le mal du chômage des jeunes
OCDE: Quatrième baisse consécutive


Le chômage et l’inégalité face à la croissance sont les principales menaces qui pèsent sur la reprise économique mondiale. De ce fait, le DG du FMI, Dominique Strauss-Kahn revendique des politiques pragmatiques contre le chômage. Le mot d’ordre est clair: «dépasser l’opposition entre flexibilité et rigidité sur les marchés du travail». Les données les plus récentes indiquent que la crise économique a privé d’emploi 30 millions de personnes. Plus de 200 millions de personnes sont actuellement en recherche d’emploi dans le monde. Il faut dire que le chômage atteint des niveaux record dans beaucoup de pays.
Dans ses dernières perspectives économiques, le FMI a annoncé que la croissance n’est pas suffisamment forte pour entamer profondément des taux de chômage élevés. Cette crise de l’emploi frappe particulièrement les jeunes, ce qui génère des risques pour la cohésion sociale. Pour rappel, le Fonds monétaire international a maintenu la croissance mondiale à 4,4% en 2011 après 5% en 2010.
Selon des indicateurs de l’OCDE, le taux de chômage dans cette zone, a encore baissé en février 2011 à 8,2%, inférieur de 0,1 point de pourcentage par rapport au mois de janvier. Ceci constitue la quatrième baisse consécutive, après une période de stabilité autour de 8,5% sur la majeure partie de l’année 2010. Les nouvelles données de mars 2011 montrent des taux de chômage en baisse de 0,1 point de pourcentage pour les États-Unis (à 8,8%) et le Canada (à 7,7%). Les données pour le mois de février montrent, pour la première fois depuis la crise financière récente, des reculs ou une stabilité des taux de chômage pour une grande partie des pays de l’OCDE. Le taux de chômage dans la zone euro a diminué à 9,9%, soit un taux inférieur à 10% pour la première fois depuis décembre 2009. Seuls l’Autriche, l’Espagne, la Corée et le Mexique ont enregistré de légères hausses de leur taux de chômage. Les pays qui subissent toujours des taux de chômage très élevés sont l’Espagne (20,5%), la Hongrie (12,0%), l’Irlande (14,9%), le Portugal (11,1%) et la République slovaque (14,0%). Il y avait 44,9 millions de chômeurs dans les pays de l’OCDE en février 2011 – soit 2,1 millions de moins par rapport à février 2010, mais 14,3 millions de plus par rapport à février 2008.

F. Z. T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc