×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Europe

L’inflation est de retour

Par L'Economiste | Edition N°:3472 Le 23/02/2011 | Partager
La BCE pourrait agir de manière décisive
Risque d’un resserrement monétaire

La BCE pourrait-elle relever ses taux directeurs plus tôt que prévu pour enrayer les pressions inflationnistes en zone euro ? En tout cas, l’économiste en chef de la Banque centrale européenne (BCE), Jürgen Stark, a mis en garde, hier lundi, contre des risques inflationnistes en hausse en zone euro et assuré que l’institution monétaire agirait rapidement et de manière décisive s’il le fallait. Stark se faisait ainsi l’écho de propos de Lorenzo Bini Smaghi, un membre du directoire de la BCE, la semaine dernière, qui avaient porté l’euro à 1,3716 dollar lundi, son plus haut niveau depuis le 10 février. Ces propos alimentaient des spéculations sur un resserrement monétaire anticipé en zone euro, la hausse des taux d’intérêt étant l’arme principale dont dispose une banque centrale pour contrer l’inflation. «Le taux d’inflation devrait continuer sa progression et dépasser l’objectif de la BCE pendant une grande partie de l’année, mais ne menace pas pour le moment la stabilité des prix à moyen terme», avait déclaré début février le président de la BCE, Jean-Claude Trichet, pour qui le taux d’inflation se maintiendrait au-dessus des 2% durant une grande partie de l’année 2011.
Les taux d’inflation pourraient temporairement augmenter davantage dans les prochains mois et vont probablement rester au-dessus de 2% en 2011, avant de redescendre, a estimé aussi Stark lors d’un discours à Francfort. L’économiste assure pouvoir agir rapidement et de manière décisive si l’objectif de stabilité des prix de la BCE à moyen terme était compromis. Car, la mission première de la BCE est la stabilité des prix en zone euro. En janvier, l’inflation en zone euro a atteint 2,4%, après 2,2% en décembre, en raison notamment de la hausse des coûts énergétiques.
La BCE prête actuellement des liquidités à volume illimité aux banques de la zone euro au taux généreux de 1%, soit son plus bas niveau historique dans lequel il campe depuis mai 2009. La politique monétaire de la BCE, qui était déjà accommodante, l’est devenue encore plus au regard de la reprise économique en zone euro, a estimé un économiste. La BCE devrait publier en mars ses propres prévisions d’inflation.

F. Z. T

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc