×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

L’autre source de liquidité pour les entreprises
Par Mohamed EL HAJJOUJI, administrateur du cabinet AKCE Finance

Par L'Economiste | Edition N°:1770 Le 18/05/2004 | Partager

La recherche de sources de financement constitue une des préoccupations importantes des chefs d’entreprise. En effet, la disponibilité de ressources financières en quantités suffisantes et au meilleur coût conditionne souvent la pérennité de l’entreprise et sa capacité à assurer et réussir des opérations stratégiques de croissance et de développement.Dans la plupart des cas, la recherche de ressources nouvelles s’oriente soit vers les actionnaires, soit vers le marché financier pour les grandes entreprises, soit enfin vers les partenaires bancaires.Une quatrième voie, souvent peu explorée mais immédiate d’accès, consiste à rechercher à l’intérieur de l’entreprise toutes les liquidités immobilisées que ce soit dans la structure de financement à long, à moyen ou à court terme.En effet, un ensemble d’actions ont pour objectif de rechercher à l’intérieur de l’entreprise toutes les sources permettant de libérer de la liquidité. Celles-ci portent sur plusieurs paramètres et notamment: 1- L’adéquation du niveau des immobilisations aux besoins de l’entreprise et la politique de refinancement des (de ses) actifs. A cet effet, l’entreprise devrait étudier l’intérêt d’être implantée sur une superficie qui ne serait pas en rapport avec les besoins réels, ou avec une occupation optimale des terrains. Dans ce cadre, elle devrait également analyser l’intérêt d’une délocalisation -au niveau local ou régional- et ce en tenant compte de l’ensemble des aspects économiques, sociaux, financiers et fiscaux. Sur le plan strictement financier, le recours au refinancement des actifs est une technique qui se développe de plus en plus. Ce refinancement consiste notamment à céder à un organisme financier des terrains ou des constructions, et à les reprendre en location à long terme pour une durée déterminée, avec option de rachat au terme de la période de location à un prix initialement fixé. Cette solution présente l’avantage de disposer à très court terme de liquidités généralement pour des montants significatifs. . Gestion préventive du risque clients2- La structuration des paramètres de financement du cycle d’exploitation touche plusieurs paramètres. A cet effet, l’entreprise a intérêt à réétudier sa politique d’approvisionnement et de stockage. Aujourd’hui, des entreprises négocient à l’achat des quantités importantes pour bénéficier de conditions de prix intéressantes, mais exigent et obtiennent des fournisseurs le stockage de la marchandise commandée chez ces derniers. La livraison se fait au fur et à mesure, en fonction des besoins de l’entreprise. Autre domaine d’amélioration possible est celui de la gestion des risques et des encours clients. En dépit de la concurrence acharnée que connaissent certains secteurs d’activité, la sécurisation des actifs et l’optimisation de la réactivité dans ce domaine passent par une gestion préventive du risque clients ainsi que par la mise en place d’outils tels que les plafonds d’encours, et l’instauration des prérelances et l’automatisation des relances.D’autres entreprises mettent en place un système de rémunération qui comporte une partie variable de plus en plus importante, directement indexée sur les performances réalisées dans la gestion des ventes et des achats. Enfin, il est également recommandé de piloter de la manière la plus coordonnée possible, la gestion des éléments d’actifs et ceux de passifs d’exploitation. 3- Le transfert vers des acteurs financiers des risques et du poids financiers de certains postes d’actif. Dans ce sens, l’instrument le plus souvent utilisé est le factoring. Celui-ci permet à l’entreprise de transférer à un opérateur spécialisé le risque clients et le poids administratif et financier de la gestion des comptes clients. Dans beaucoup de cas, cette solution présente un intérêt certain à condition de bien négocier le contrat liant l’entreprise à la société de factoring. 4- L’outsourcing des fonctions et des départements. Un certain nombre de grandes entreprises ont entamé l’externalisation de certaines fonctions logistiques et depuis peu les traitements informatiques avec le recours aux ASP. Cette externalisation présente l’intérêt de permettre une meilleure flexibilité et adaptation aux aléas de la conjoncture, une amélioration de l’efficacité et une plus grande maîtrise des coûts de ces prestations. Le mouvement d’outsourcing touche essentiellement la grande entreprise alors que la PME a un intérêt plus évident à recourir à ce type de procédés, compte tenu du coût que peut représenter le recrutement de compétences spécifiques, qui de surcroît ne seraient pas totalement utilisées.5- Enfin, l’optimisation du niveau de liquidité passe également par l’instauration d’une culture spécifique qui se caractérise par un esprit et une qualité de travail en équipe ainsi qu’une approche transversale du pilotage et de la gestion de l’entreprise. Ce dernier paramètre est extrêmement important en soi mais aussi pour la réussite des actions citées ci-dessus. En effet, le pilotage performant d’une structure nécessite l’adhésion de l’ensemble des membres du comité de direction à un ensemble d’objectifs qui sont ceux du groupe et non d’un seul individu. La recherche de la liquidité à l’intérieur de l’entreprise n’est pas suffisante pour faire face à l’ensemble des besoins financiers de l’entreprise. Elle représente toutefois une excellente approche pour la mobilisation des équipes, et surtout met l’entreprise dans de meilleures conditions pour demander aux partenaires bancaires traditionnels le financement des besoins supplémentaires. «l’instauration d’une culture spécifique qui se caractérise par un esprit et une qualité de travail en équipe ainsi qu’une approche transversale du pilotage et de la gestion de l’entreprise.«

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc