×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Marchés Financiers

    Jurassic park

    Par L'Economiste | Edition N°:599 Le 21/09/1999 | Partager

    L'homme commence à s'énerver et cherche des soutiens. Visiblement, il sent que le dossier qu'il défend a du mal à tenir debout, parce qu'il ne souhaite pas aborder le véritable fond de l'affaire.
    Il se plaint d'avoir été spolié par ses associés. Il les a attaqués en justice, et ceux-ci l'ont aussi attaqué en justice. Sur le fond, c'est une affaire difficile, car la base est un agrément, comme il en existait encore beaucoup et dans de nombreux secteurs il y a quinze ans.
    Mais aujourd'hui avec le processus de libéralisation que vaut réellement un agrément? Est-ce encore suffisant pour justifier une part, sans débours, dans le capital d'une société?
    Toute une époque s'est terminée et les agréments ne tiennent plus le haut du pavé.
    A la fin de son plaidoyer, notre homme lance: «Et de toute façon, ces Italiens, ce ne sont même pas des Marocains».

    Retrouvez dans la même rubrique

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc