×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

J'ai vu la gangrène prendre forme…Par Zineb Laraqui

Par L'Economiste | Edition N°:1527 Le 28/05/2003 | Partager

Je ne pardonne pas 30 ans d'efforts de développement partis en fumée…En choisissant de poursuivre mes études au Maroc, j'ai découvert «l'autre Maroc«, celui que nous occultions au lycée, lorsque nous apprenions «nos ancêtres les Gaulois« et les étapes successives de la construction de l'Union européenne. Celui dont nous ne connaissons l'histoire qu'à travers les manuels néocolonialistes de nos bancs d'école.Outre quelques notions de droit, ces années ici m'ont ouvert les yeux sur un pays en mal de reconnaissance par ses propres citoyens; nous l'aimons certes, mais nous nous sentons souvent impuissants face à ses problèmes qui ont toujours semblé insolubles.Sommes-nous par ailleurs totalement hermétiques à tout élan de civisme, de patriotisme et de solidarité? condamnés à aimer notre pays sans le lui montrer?Le travail formidable de la société civile qui s'est exprimé ses dernières années prouve que l'on est capable de se mobiliser, d'agir et de faire réagir.A mon arrivée à la Faculté de droit de Casablanca, les voiles étaient l'exception. Aujourd'hui, je suis l'exception.J'ai choisi de cultiver cette différence, mi-provocatrice, mi-naïve, persuadée que le voile était uniquement un effet de mode.Les étudiantes autour de moi ont, une à une, commencé à le mettre du jour au lendemain sans aucun préalable spirituel. Je pose des questions, les interpelle, je recherche un semblant d'adoration divine qui justifierait de sacrifier ses cheveux.Je découvre, pour la plupart, soit des esprits malléables endoctrinés à souhait, sans conviction, soit craignant un père, un frère, le regard des voisins, les trajets en bus, soit enfin poussés par ce désir viscéral de trouver un époux qui les jugerait, au premier coup d'oeil, bien sous tous rapports.Contrairement à ce que l'on peut penser, elles ne renient nullement la langue française qu'elles maîtrisent pour la plupart parfaitement, et ne sont en outre ni stupides ni ignorantes.Elles ont enfin une réelle capacité d'apprentissage, le système éducatif marocain a d'ailleurs tout misé sur cette méthode, le bourrage de crânes et les programmes scolaires longs et fastidieux. Peu d'entre elles connaissent cependant les mots «critique«, «synthèse«, «argumentation«.Au-delà de cet aspect inesthétique, j'ai vu la gangrène prendre forme, grandir, grossir, émerger de la masse.J'ai vu l'obscurantisme ternir les murs de ma fac, celui-là même qui a éclaboussé de sang les murs des lieux qu'il a choisis de frapper.J'ai vu des barbes pousser, des regards noircir, des costumes afghans et des pseudo-étudiants quadragénaires investir les lieux pour «prêcher la bonne parole«.En une poignée d'années, la faculté est devenue presque exclusivement un lieu de culte dans l'indifférence générale.La menace extrémiste commence souvent dans les milieux estudiantins, plus faciles à endoctriner. Je ne dis pas que j'ai assisté à la naissance de notre fléau mais je suis juste un témoin parmi tant d'autres de ce qui cause aujourd'hui notre souffrance.Je les ai vus s'organiser, s'entraider, se développer, je les ai vus «tout sourire«, «mielleux«, «solidaires«, prônant la gentillesse et la bonne parole aux étudiants, fomentant leur transformation.Ils ont comblé l'absence de mon administration, incapable de renseigner ou d'assister un étudiant dans ses démarches , celle de ma défunte bibliothèque en proposant à des prix symboliques les photocopies d'ouvrages chaudement recommandés par nos enseignants mais introuvables ainsi que des annales des examens précédents.J'étais même la seule indignée lorsqu'il y a quelque temps, ils ont assiégé la cafétéria pendant un mois pour organiser des élections afin d'élire leurs chefs. Des photos de barbes à élire dans les locaux de ma fac!En mars, j'ai découvert ma société civile, le contrepoids de mon univers estudiantin; certes, elle est encore hésitante, son champ d'action limité, mais le fruit de sa mobilisation est bien visible. Grâce à elle, notamment, d'innocents musiciens ont été libérés d'un satané engrenage. Là, j'ai vu la presse se mobiliser, les lycéens s'exprimer, les adultes s'indigner, j'ai vu les manifestations, les sit-in, les concerts de solidarité. J'ai découvert la notion de «citoyenneté« grâce à Satan!C'est à cette même société civile que je m'adresse aujourd'hui, celle qui a libéré nos musiciens; elle a un rôle maintenant bien plus ample, bien plus difficile mais décisif. C'est notre liberté à tous qu'elle doit contribuer à défendre, notre intégrité physique et morale, l'avenir de nos enfants, celui de notre pays.C'est ce même pays, hier symbole d'ouverture, de tolérance et de paix, qui panse aujourd'hui ses plaies, que ni le temps ni la volonté n'aideront à cicatriser. Meurtri dans sa chair et à jamais, le voilà maintenant redouté, parce que trahi.Devons-nous continuer à avancer telle la somme de nos aspirations individuelles sans considérer la dimension citoyenne qui nous anime, ou au contraire, ouvrir les yeux sur un objectif commun, bien plus noble, qui est l'intérêt de tous?Je suis convaincue que même le plus jeune d'entre nous, celui dont le rôle est le plus insignifiant dans le développement économique, social, culturel et politique, est apte à poser une brique pour reconstruire ce qui a été détruit.Tâchons de cicatriser ensemble de ces images morbides, d'avoir la même voix et le même écho porteur d'un message de paix et de liberté pour nous tous. Libérons le Maroc du joug des extrémistes de tout bord, qu'ils soient colorés de politique ou entachés de violence, qui puisent leur force dans la misère et l'ignorance.Lavons notre pays de cette infamie et par là même, redonnons toute sa dignité à notre religion. Je ne voudrais pas avoir honte un jour de mon passeport vert et de ma foi, j'aimerais continuer à les aimer. C'est notre droit le plus absolu et personne ne peut nous apprendre de quelle manière aimer et assumer nos convictions religieuses.Je n'ai fait que donner de belles théories et rappeler de tristes vérités, mes mots sont ceux de chacun d'entre nous, et auront peut-être servi à mettre l'accent sur les dangers de l'indifférence.Au-delà de la mission attendue de nos politiques, il est certain que d'aucuns doivent agir pour que le Maroc reste à jamais ce qu'il a toujours été, un pays de tolérance.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc