×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Informatique: Des solutions pour réduire les coûts de gestion

Par L'Economiste | Edition N°:1609 Le 25/09/2003 | Partager

L'IBM vient de lancer une nouvelle stratégie. Les «Think Vantage» sont des solutions destinées à rendre les systèmes d'exploitation moins dépendants du personnel informatique pour les tâches de base comme le déploiement, la sauvegarde, la sécurité et autres fonctions. Ce qui permet donc, à chacun, de se concentrer sur les véritables objectifs de l'entreprise. «Ces solutions sont des standards, elles sont gratuites sur toutes les machines IBM», ont expliqué les responsables lors de la conférence de presse tenue mardi dernier à Casablanca. En fait, les experts s'accordent à dire que sur le total des dépenses informatiques, moins de 20% sont affectées à l'achat de matériels et de logiciels. Les 80% restants sont dépensés en déploiement et maintenance des systèmes. «Ce sont essentiellement ces dépenses que nous visons, les réduire augmenterait la productivité de l'entreprise, tout en lui permettant de faire des économies», ajoute le management d'IBM Nord Afrique.Il s'agit par exemple de solutions pour réduire au minimum la fréquence des changements technologiques. «IBM offre des boîtiers avec des configurations adaptables pendant un minimum de 12 mois aux nouvelles techniques». «Chose qui arrange les PME qui, faute de moyens financiers, effectuent des investissements sur une année ou plus». Ces entreprises peuvent donc acquérir des ordinateurs sur une période donnée, sans pour autant devoir remettre à jour les anciens postes chaque fois qu'il y a un nouvel arrivage. Tout aussi importantes, les solutions visant le transfert rapide de données d'un poste à un autre, ainsi que les solutions de sauvegarde et de récupération de fichiers au cas où le disque dur tomberait en panne.Par ailleurs, IBM Nord Afrique, qui table sur un chiffre d'affaires d'environ 120 millions de dollars, vise à promouvoir le marché des ordinateurs portables au Maroc. «En Europe, ce marché est très porteur. Il représente près de 40% du chiffre d'affaires d'IBM. En revanche, au Maroc, les ordinateurs portables ne percent pas assez, ils sont actuellement entre 10 et 14% du chiffre d'affaires», concluent les responsables d'IBM. N. Be.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc