×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1235 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1245 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1249 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Fin de la guerre des clans à la FNT?

Par L'Economiste | Edition N°:2512 Le 24/04/2007 | Partager

. Le projet d’externalisation abandonné. De nouvelles élections après les Assises du tourismeConsensus acquis à la Fédération nationale du Tourisme (FNT). Les professionnels doivent l’annoncer ce mardi soir, au cours d’une conférence de presse. Tout serait donc rentré dans l’ordre, et les opérateurs se rendront en rangs serrés aux Assises internationales du tourisme prévues à Fès les 27 et 28 avril. Après le branle-bas de combat (www.leconomiste.com) au sein de la FNT et la démission «provisoire» de plusieurs fédérations, notamment celle de l’industrie hôtelière et des agences de voyages, retour au calme. Du moins jusqu’à ce que de nouvelles élections soient organisées. Selon toute vraisemblance, c’est courant mai, après les Assises, qu’elles devraient avoir lieu. Jusque là, c’est toujours Jalil Belabbès Taârji qui préside aux destinées de la fédération. Se représentera-t-il aux nouvelles élections? En tout état de cause, le président actuel est loin de faire l’unanimité, et l’une des raisons principales du mécontentement des professionnels concernait, entre autres, son incapacité à défendre fermement les intérêts des opérateurs (www.leconomiste.com). Les prochaines élections devraient en principe régler définitivement ce problème. Mais ce n’est pas tout. Le projet d’externalisation de la Fédération, dans sa dernière version, a apparemment été écarté. Schématiquement, celui-ci prévoyait la création d’une «mégafédération» du tourisme et ôtait aux autres regroupements tout pouvoir de décision ou de proposition. Il écartait également la création de fédérations régionales du tourisme. On comprendra alors la levée de bouclier qu’il avait suscitée, particulièrement au sein des associations régionales. Le nouveau schéma d’organisation de la profession, objet du consensus, est fondamentalement différent. Les fédérations de métiers seront maintenues, et chacune d’entre elles «s’occupera du champ d’activité qu’elle représente», indique une source proche du dossier. La FNT se chargera pour sa part de tous les problèmes transversaux (fiscalité par exemple, facturation de l’eau...) Il n’y aura donc pas de mégafédération. Le principe de la création de fédérations régionales du tourisme est acquis. Il figurait aussi en tête de liste des revendications des mécontents. La FNT ne sera pas externalisée. Elle reste donc dans le giron de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM). Concrètement, cela signifie qu’il faudra obtenir le consensus de tous avant de prendre des décisions. Si le principe d’une mégafédération avait été adopté, le pouvoir de son président aurait été énorme, et les risques de mainmise au niveau des décisions stratégiques également. Le nombre de voix affectées à chacune de ces organisations a été déterminé. Les fédérations de métiers représentent 20 voix, et les associations régionales 10. Les entreprises touristiques auront un poids différent selon leur chiffre d’affaires. Celles réalisant 20 millions de DH disposeront de 2 voix. Ce sera 5 voix pour celles dont le C.A. est compris entre 20 et 50 millions de DH, et 7 voix pour celles qui ont un C.A. entre 50 et 100 millions de DH. Au-delà de 100 millions de DH, le nombre de voix affectées est de 10. Le budget global de la FNT devrait être de 5 millions de DH dans le pire des cas, et le double dans le meilleur. Ce qui est, selon la profession, à même de lui permettre de «fonctionner convenablement et répondre aux attentes». Il faut donc espérer que ce consensus marque la fin de la guerre de clans. Amale DAOUD

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc