×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Euronext/Nyse
Les actionnaires donnent le feu vert à la fusion

Par L'Economiste | Edition N°:2428 Le 22/12/2006 | Partager

. Pour créer le premier marché boursier intercontinental du mondeLes actionnaires de la première place financière mondiale, celle de New York (Nyse), ont approuvé à leur tour le 20 décembre à une quasi-unanimité la fusion avec la Bourse paneuropéenne Euronext, pour créer le premier marché boursier intercontinental du monde. Réunis lors d’une assemblée générale extraordinaire à la Bourse de New York, ces actionnaires ont voté pour la fusion à 99,7%, au lendemain du vote, également massif en faveur du rapprochement, des actionnaires d’Euronext. L’opération, qui revient de facto à un rachat d’Euronext par le Nyse, valorise la Bourse paneuropéenne autour de 10,5 milliards d’euros. Ces votes ont un goût de victoire pour Jean-François Théodore, PDG d’Euronext, qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, et John Thain, le patron du Nyse. Ils mettent fin à la controverse qui avait entouré le projet de mariage depuis son annonce en mai, ses détracteurs dénonçant une prise de contrôle d’un pan de la finance européenne par les Américains. Le projet s’était ainsi heurté à la désapprobation de la chancelière allemande Angela Merkel, du président français Jacques Chirac et du président de la Banque centrale européenne Jean-Claude Trichet, qui lui préféraient un mariage européen avec la Bourse de Francfort (Deutsche Börse). Mais Euronext et la Bourse de Francfort ne parvenant pas à surmonter leurs divergences, celle-ci a retiré son projet le mois dernier, laissant la voie libre à la Bourse de New York. Pour apaiser les critiques, le PDG du Nyse a accepté le mois dernier de répartir à 50/50 les postes au conseil d’administration du futur groupe, dont les Américains ont obtenu le siège, la direction exécutive et environ 60% du capital. Presque tous les obstacles semblent avoir été franchis pour permettre ce mariage qui formera un géant du secteur boursier, valant 22,3 milliards d’euros (29,1 milliards de dollars). Reste l’ultime étape de la fusion, à savoir la réussite de l’offre mixte d’achat et d’échange sur les actions du groupe Euronext, qui sera lancée début 2007. Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc