×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Focus

Dividendes: Où va la cagnotte?

Par L'Economiste | Edition N°:3509 Le 15/04/2011 | Partager
Une bonne partie destinée aux actionnaires étrangers
Vivendi récupère le plus gros
Lafarge France suit loin derrière

Les entreprises du Masi ont généré un bénéfice de plus de 30 milliards de DH l’année dernière en progression de 8,6%. Un niveau qui ressort en dessous du consensus marché. «Nous avons sous estimé l’impact de la crise en 2008 et 2009. Les entreprises n’ont pas toutes eu les rendements attendus», relève un analyste. Les bénéfices de la cote ont évolué au même rythme qu’en 2009, soit 8,5%. Pour autant, les actionnaires ne profiteront pas pleinement de la hausse. Les entreprises reverseront 64% des bénéfices de 2010, soit 19,3 milliards de DH, au titre des dividendes contre un taux de distribution de 71% en 2009 selon la banque d’affaires CFG Group et 67,4% pour CDG Capital. Les analystes semblent toutefois s’accorder sur la tendance baissière de la rémunération des actionnaires les prochaines années.
Pour le compte de 2010, Maroc Telecom devrait distribuer près de la moitié du montant total (9,3 milliards de DH). Vivendi, sa maison mère, récupèrera près de 5 milliards de DH. Lafarge (400 millions de DH à Lafarge France), Holcim (281,2 millions de DH à Holcibel SA), BMCI (221,5 millions de DH à BNP Paribas) ou encore Centrale Laitière (162,3 millions de DH à Gervais-Danone) reverseront également une part importante de leurs dividendes aux actionnaires étrangers. Les montants reversés par les filiales marocaines (y compris les entreprises non cotées) à leur maison mère ou plus globalement aux actionnaires étrangers ont doublé entre 2007 et 2009 pour atteindre 9,1 milliards de DH.
Des niveaux qui ne vont pas manquer d’avoir des incidences sur les liquidités bancaires. En 2010, l’Office des changes évalue les transferts de dividendes vers l’étranger à 8,7 milliards de DH. L’année dernière, certaines entreprises ont allégé leur position dans le tour de table des entreprises de la cote. Dans le même temps, certaines ont renforcé leurs participations dans le capital de sociétés marocaines, notamment le groupe Crédit Mutuel-CIC qui porte sa part de 20 à 25% dans l’actionnariat de BMCE Bank.

F.Fa

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc