×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprise Internationale

    Daimler-Chrysler relance sa stratégie d'expansion

    Par L'Economiste | Edition N°:599 Le 21/09/1999 | Partager

    · Le groupe est en négociation avec Fiat, PSA, Renault

    · Bonne santé pour le constructeur qui prévoit 46 milliards d'Euros d'investissements


    Depuis leur fusion en mai 1998, l'Allemand Daimler-Benz et l'Américain Chrysler confirment leur position en troisième rang mondial. En marge du salon de l'automobile de Francfort(1), le groupe affiche sa bonne santé en annonçant un plan d'investissement ambitieux de 46 milliards d'Euros (1 Euro=10,3 DH) sur cinq ans. Le constructeur mondial ne sortira ainsi pas moins d'un modèle par mois. Dans son pipe figure, 64 nouveaux modèles de voitures et de camions.
    Le groupe affiche ainsi sa confiance sur ses perspectives de vente. Selon ses dernières prévisions, son chiffre d'affaires atteindra facilement les 140 milliards d'Euros cette année.
    En outre, le constructeur automobile germano-américain poursuit ses tentatives d'alliance. Selon son coprésident Juergen Schrempp, «Daimler-Chrysler continuera de jouer un rôle de pivot à la consolidation qui se poursuivra dans le monde de l'automobile. Aujourd'hui, les groupes véritablement globaux doivent avoir plusieurs marques et modèles dans chaque segment du marché».
    Ainsi, le constructeur automobile aurait négocié, mais sans succès, l'acquisition d'une participation majoritaire dans le capital de Fiat Auto. Si cette information n'est pas confirmée, elle n'écarte pas toutefois l'intérêt du groupe pour une coopération dans les petites voitures. D'ailleurs, il est en négociation avec le Français PSA Peugeot-Citroën qui pourrait fournir les éléments de plate-forme pour une future Smart à quatre places.

    PSA a déjà conclu des accords ponctuels du même type avec Renault, Ford et Fiat avec lequel il fabrique des utilitaires et des monospaces. Il vend également des moteurs diesels au Coréen Hyundai et aux Japonais Suzuki et Nissan. Le constructeur français avait même par le passé travaillé avec Daimler-Benz sur un 4x4 de l'armée française, sur la base d'un modèle Mercedes et d'un moteur Peugeot.
    Les projets d'expansion de Daimler-Chrysler ne s'arrêtent pas à l'Europe. Il projette, en effet, d'acquérir Nissan diesel, filiale de Nissan Motor. Ses premières tentatives avaient commencé dès le début de l'année. Mais Renault a fini par avoir le dessus en contrôlant 22,5% du capital de la filiale japonaise.

    Malika EL JOUHARI (AFP)

    (1) Le salon s'est ouvert jeudi 16 septembre aux professionnels et samedi au public.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc