×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Culture

    Courrier des lecteurs

    Par L'Economiste | Edition N°:1990 Le 31/03/2005 | Partager

    Corruption, ça s’aggrave!!!

    . Penser éthique La corruption est un fléau qui ravage la société et met en péril l’économie du pays. Je reproche aux citoyens de participer à faire avancer ce fléau et de ne pas l’éradiquer. A mon avis, pour faire face à ce phénomène, il faut sensibiliser le citoyen à travers les médias, les forums, etc. Le fonctionnaire doit assumer sa responsabilité et «penser éthique». L’Etat doit revoir la situation salariale de ses employés, les indemniser et les motiver. Et pourquoi ne pas instaurer une commission anticorruption dans les lieux du travail? Abdou B. Fès. Stupide, le non-corrompu!Que fait-on pour que la corruption ne s’aggrave pas? Combien de corrompus a-t-on jugés dans ce pays? Combien de petits fonctionnaires s’enrichissent en quelques mois sans que quiconque ne leur demande la moindre explication? Combien de responsables et d’élus locaux ou nationaux sont devenus millionnaires sans le moindre effort en un délai record? La corruption n’est plus un péché dans ce pays. C’est un droit et un acquis pour la plupart des Marocains. Stupide celui qui ne la pratique pas, disent les adeptes à haute voix. Actuellement, la corruption n’est plus un défaut, c’est une vertu dans la culture marocaine de nos jours. Il faut activer les lois, il faut réprimer par de lourdes peines au lieu de se contenter de campagnes de sensibilisation, il faut mettre fin à l’impunité... Ezzagori . Dénonçons La corruption est une réalité que le citoyen vit au quotidien. La responsabilité incombe à l’Etat en premier et en dernier lieu, mais l’absence de volonté du gouvernement dont on a beaucoup attendu est plus fatale. Que les ministres commencent d’abord par nettoyer chez eux dans leurs départements (en particulier celui de l’insécurité, de l’injustice) qu’ils aient le courage de donner l’exemple. Non, ils vont se cacher derrière leur argumentaire que nous connaissons tous: C’est un phénomène mondial. La situation au Maroc n’est pas aussi grave qu’on le pense, le phénomène est maîtrisé dans notre pays Dieu merci. Le citoyen est aussi responsable parce qu’il ne dénonce pas. Madad . Incurable La corruption est une maladie incurable dans notre pays. On y a pris goût. Elle est pire que le tabagisme. On sait qu’elle fait mal mais on se laisse croire que ça n’arrive qu’aux autres jusqu’au jour où l’on est devant le fait accompli et on ne peut plus rien faire. Il faut un miracle pour trouver l’ébauche d’une solution. Abdelhai G.. Taper fortFaire appel au sens civique du citoyen et compter sur l’éthique pour éradiquer la corruption revient à mon avis à minimiser le danger que représente ce fléau. La solution incontournable revient à taper fort sur la main qui donne des pots-de-vin et celle qui les reçoit. Les instances responsables doivent préparer: lois, procédures et moyens de contrôle pour déceler toutes les voies par lesquelles transite l’argent sale de la corruption et punir les coupables. Citoyen . La cause A cause de la corruption des gens meurent sur les routes (on laisse passer les ivrognes, les chauffards, les transporteurs de drogue...), des gens vont en prison pour protéger leurs patrons, les gens doivent soudoyer dans la santé publique pour accéder aux soins… Comment font ceux qui n’ont rien? A cause de la corruption, les entreprises étrangères ont peu confiance au système et à moins qu’elles n’y adhèrent, difficile de se faire «un trou par ici». Les sociétés marocaines subissent aussi mais maîtrisent les «rouages, pistons et co». Dans certaines communes rurales, des infirmiers qui gèrent des centres pour médicaments font la loi, là où les gens sont les plus démunis. A cause de la corruption, une vieille femme démunie qui n’avait pas 250 DH pour les médecins de l’hôpital est morte d’une hémorragie interne. A cause de la corruption, une proche d’un ami est décédée parce que les lits où elle devait se faire soigner étaient déjà pris par des plus nantis. A cause de la corruption, on tue l’espoir de tous les Marocains qui systématiquement n’ont confiance en aucune action gouvernementale. Voilà une petite liste de témoignages glanés ici et là. Internaute1 . Légaliser le vol Le système est corrompu dans son intégralité en commençant par le chaouch et finissant par le plus haut grade. Les secteurs sans exception souffrent de ce fléau qui demeure impuni bien que tout un chacun soit concerné. Le chômage, le clientélisme, le favoritisme, la discrimination tous azimuts, bref le sous-développement est le résultat de cette pratique tacitement acceptée par tout le monde. L’administration marocaine est délabrée à cause de cette vermine qui fait partie de notre culture. Même ces mascarades que le système de contrôle s’amuse à nous lancer de temps à autre sous forme d’arrestation d’un quidam pour corruption ne sont qu’un acte de toute une scène. Les concours sont des simulacres, les diplômes n’ont aucune crédibilité, les postes sont occupés par ceux qui ont bien «misé», les projets sont réalisés par des incompétents qui font partie d’un réseau corrompu. L’exemple le plus courant est celui des marchés publics contractés et par l’Etat et par les collectivités locales. Les ouvertures de plis ne sont qu’une démarche administrative pour rendre légitime et légale un acte frauduleux. Le marché est déjà attribué. Il faut juste accomplir les diligences et remplir les conditions pour légaliser le vol. Amina. S Rabat


    . Sans remordLa corruption est quelque chose qui s’est gravé dans notre comportement et nos habitudes depuis notre enfance. C’est en fait une éducation apprise lors de nos activités quotidiennes, sans avoir à aucun moment le moindre remords. C’est quelque fois ou disons plusieurs fois, l’acte qui va faciliter l’obtention d’un de nos quelconques droits (faire des papiers administratifs, etc). Mais, souvent aussi c’est la seule échappatoire des différents soucis (circulation routière, avoir facilement son permis, avoir des certificats de maladie pour obtenir un court ou long congé...). Certes, c’est un comportement qui se concentre surtout dans quelques administrations (santé, police et justice) mais il est néanmoins étendu dans tous les domaines. Est-ce qu’on peut le combattre? Je dirai oui. Est-ce que c’est facile? Je dirai non! Yassir G.

    La politique industrielle

    . Transparence, svp!Je vous adresse le présent mail pour réclamer une analyse approfondie, et non une esquisse, de l’étude McKinsey relative à la politique industrielle présentée cette semaine. Les articles parus dans l’édition du jeudi 24 et du vendredi 25 m’ont laissé sur ma faim, des déclarations d’intention, comme si la montagne avait accouché d’une souris!! Il est temps d’aller de l’avant et de nous servir des analyses chiffrées, réalistes.Est-ce que l’étude, en totalité ou des fragments seulement, est publique?. Révolution Nous avons vivement besoin de cette politique industrielle dont a parlé L’Economiste, surtout en ce moment. Il ne faut pas oublier que le développement économique repose d’abord sur les entrepreneurs et non pas sur les institutions qui sont partenaires importants mais qui ne seraient rien sans les entrepreneurs. Les entreprises gagnantes sont celles qui continuent à inventer le futur et à bâtir des projets de développement, quel que soit le climat économique général. L’entrepreneur est d’abord un révolutionnaire, celui qui n’accepte pas l’ordre établi. Bref, aidons l’entrepreneur à faire sa mise à niveau à sa manière, c’est cela la vraie liberté. Car beaucoup d’expériences de ce genre n’ont pas abouti à grand-chose. Internaute2, . L’industrie et les jeunes à la Une Le désir de changement est général. Il va provoquer la dégradation des institutions et la détérioration rapide de l’ordre établi. Le pouvoir doit entreprendre des mesures draconiennes pour reformer profondément la vie publique et lui donner une orientation qui cadre avec les besoins de l’époque. Partout, aujourd’hui, il est question de réformer l’entreprise. Partout l’entreprise est «à la une». Le Maroc n’a jamais vraiment connu de révolution industrielle. Très succinctement on peut dire que les structures sociales existantes, essentiellement agricoles et artisanales se révèlent incapables de faire face aux besoins du pays et absorber le chômage. Je souhaite bonne chance au cabinet McKinsey. Il n’est pas à sa première expérience au Maroc puisqu’il a réorganisé l’O.C.P dans les années 70. Il est certain de penser que les lenteurs, les hésitations, voire les réticences qui se manifestent aujourd’hui comme d’habitude, ne seront réellement vaincues que lorsqu’on donnera les responsabilités à des jeunes compétents (sans favoritisme, ni discrimination). Des jeunes qui veulent travailler dans la clarté et la transparence. Dans l’avenir, la seule solution incontournable, c’est combler le fossé qui sépare les riches des pauvres et toutes les composantes du peuple doivent travailler dans la transparence complète. Il est impératif de se doter d’une justice saine et juste loin de toute corruption et un enseignement efficace et utile selon les besoins du pays et mettre à la retraite les incultes. Mustapha E.


    Islam en France, Islam de France

    . Esprits L’Islam en tant que religion parfaite n’a jamais stagné. Ce sont nos esprits humbles et fragiles qui n’ont pas pu résister aux mouvements libertins entretenus par le libéralisme, le communisme et l’intégrisme islamique. Ce n’est pas la France qui va nous apprendre l’Islam moderne. Elle détecte nos points faibles, profite de nos conflits pour intervenir avec ses remèdes miraculeux valables et rationnels. Ce sont ses intérêts qu’elle veut protéger. Amina T. . Sans intérêtLes mosquées se construisent en Europe alors que les églises stagnent dans les pays musulmans. C’est le plan Sarkozy, souhaitons-lui qu’il se convertisse à l’Islam, comme ça il peut devenir imam. Après tout ça ne nous regarde pas ce qui se passe en France. Occupons-nous de nos propres problèmes. La France est inaccessible pour la très grande majorité des Marocains. E.M. . Ingérence Les musulmans de France ne veulent pas que des Etats étrangers comme l’Algérie, l’Arabie saoudite ou n’importe quel autre pays se mêlent de leurs histoires. Ils ne veulent pas de tuteurs ni de pouvoirs extérieurs qui viennent les contrôler ou qu’ils soient soupçonnés de quoi que ce soit. Ces pays étrangers ont déjà du pain sur la planche. Les musulmans français et de France sont assez mûrs pour gérer leurs affaires indépendamment de tout le monde et plus précisément des pays dont les ressortissants résident en France. Arabe en France . Politique et religion Tous les pays musulmans, et sans exception, sont des pays sous-développés et arriérés. Le problème, c’est que dans nos sociétés ancestrales, on n’a pas séparé le problème du vécu quotidien, qu’on appelle politique, avec le vécu religieux qui s’adresse beaucoup plus à Dieu. Cet amalgame a influé sur notre manière de gérer notre vie. Le résultat est un sous-développement caractérisé. L’Islam d’un pays comme la France, peut régler tout cela, car il sera le support de la modernité. Salah B.


    . 14 mois sans salaire!Je voudrais souligner un problème que je vis actuellement et je pense que c’est le cas de plusieurs citoyens au Maroc, le malheur c’est que tout le monde le sait mais personne n’en parle ou plutôt ne sait pas à qui s’adresser. Je suis un fonctionnaire de l’Etat depuis plus d’un an (14 mois) et je ne suis pas encore payé, même pas une avance ( en clair 0 DH depuis 14 mois ). Ni une couverture médicale ni rien du tout: ce n’est pas logique!!!! J’ai plusieurs choses à dire mais je pense que j’ai déjà dis l’essentiel. A vous d’éclaircir les choses pour changer cette lenteur de la procédure administrative ( si elle existe !!) et si elle existe c’est pire. Vous pouvez ne pas tenir compte de ce mail mais vous aurez l’occasion de connaître le degré du problème si vous en avez un proche ou un ami dans une situation pareille. SalutationsRachid R.

    . Réforme de l’enseignementCher lecteurs, à la veille des examens de fin d’année universitaire tous les étudiants se posent la question sur la qualité de l’enseignement de la nouvelle réforme par rapport à l’ancien ....En tout cas, nos profs ne cessent de faire allusion à la dégradation des rapports enseignants-enseignés et donc de la qualité de la formation. La question qui se pose est l’équivalence sur le marché entre les diplômes anciennement et actuellement délivrés par les facultés marocaines. En toute circonstance les fruits de la nouvelle réforme n’apparaîtront qu’après des expériences vécues, c’est-à-dire qu’il faut compter d’ici au moins 4 ans.Mohamed B. étudiant

    Corbeaux, attention à vos plumes!

    Depuis que cette page est ouverte à nos lecteurs, nous traitons des dizaines de lettres, fax et mails par semaine. Parmi ces courriers, tentent parfois de se glisser… des «corbeaux»: nous en avons identifié deux qui avaient essayé d’usurper l’identité d’une autre personne. La proportion est donc extrêmement faible et montre bien que nos lecteurs sont des gens honnêtes. Mais à l’attention particulière des corbeaux, L’Economiste rappelle que ce genre de pratique tombe sous le coup du code pénal.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc