×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Economie

Contrefaçon
Le filon des réseaux mafieux

Par L'Economiste | Edition N°:1765 Le 11/05/2004 | Partager

. Le CNAC précise qu’elle sert de banque aux groupes terroristes. “Industrie” superperformante et ultramoderne, elle assure aussi l’anonymat…. …et se trouve à l’origine en grande partie de l’immigration clandestine Saviez-vous que la contrefaçon peut aussi tuer? Non satisfaits de s’attaquer aux vêtements, à la maroquinerie ou encore aux appareils domestiques et autres, les contrefacteurs sans foi ni loi ont aussi pris d’assaut les produits de consommation courante, ouvrant ainsi un champ important de risques en matière de santé et de sécurité. Et c’est la santé de millions de consommateurs qui est de cette façon mise en péril, via les contrefaçons de médicaments, de vins et spiritueux, de produits d’hygiène très souvent allergéniques. Même le tabac n’y a pas échappé. Tout le monde se souvient encore des 200 enfants nigérians décédés dans les années 90, après absorption d’un sirop contre la toux contrefait auquel avait été mélangé un solvant industriel. Ou encore des 53.000 Russes morts pour avoir bu de l’alcool frelaté, en 1993. La contrefaçon présente aussi des risques de danger pour la sécurité à travers tous les appareils domestiques, les pièces de rechange automobiles, les jouets, ou encore des outils. Pour gagner en rentabilité, les contrefacteurs ne respectent aucune norme de fabrication ni de sécurité des produits qu’ils copient. Et en termes de rendements, ce fléau est tellement vaste et tentaculaire, qu’il représente aujourd’hui entre 5 et 9% du commerce mondial! Un poids qui ne cesse de croître atteignant aujourd’hui près de 300 milliards d’euros. Des statistiques et conclusions datant de fin janvier 2004 et qui ont été restituées lors de la Semaine anticontrefaçon qui s’est déroulée à Paris à la même date. L’objectif étant d’alerter le monde sur les conséquences graves de la contrefaçon tant sur la sécurité que la santé des consommateurs. Initiée par le Comité national anti-contrefaçon (CNAC), qui regroupe pouvoirs publics et associations professionnelles, cette manifestation a interpellé de nombreux industriels prestigieux car les plus touchés.Si hier la contrefaçon s’effectuait de façon artisanale avec ses petits ateliers clandestins et ses actions isolées, elle est devenue une véritable “industrie” dotée d’installations à la pointe de la technologie et d’un réseau de distribution, notamment par Internet. Les “pro” de la contrefaçon utilisent des usines ultramodernes, des équipements coûteux, et tous les modes de transport marchands (maritimes, aériens, ferroviaires ou routiers). Côté distribution, des sites Internet de vente classique et de vente aux enchères contribuent à écouler les produits de façon massive et dans l’anonymat, les contrefacteurs pouvant rester cachés et se “déplacer” rapidement en cas de repérage. Conséquences de cette modernité technique et technologique: une forte réactivité qui facilite une mise sur le marché des produits contrefaits presque simultanément, parfois même avant, à celle des versions originales. Tout ce qu’en fait, une entreprise compétitive et organisée doit être capable de faire en temps normal.D’ailleurs, estime le rapport du CNAC, ce fléau tentaculaire, source de profits considérables, est devenu la banque idéale de nombreux réseaux mafieux. “On soupçonne qu’elle participe ainsi au financement de nombreux groupes terroristes dans le monde”, indique l’étude. S’agissant des autres activités illégales de commerce (drogue, armes…), la contrefaçon partage les mêmes locaux de production ou de conditionnement et les mêmes moyens de transport, leur permettant ainsi de réaliser d’importantes économies d’échelle, est-il ajouté. Aussi, il n’est pas étonnant de retrouver cette organisation entre les mains de réseaux criminels organisés comme la Camora en Italie du Sud, l’IRA en Irlande, les groupes du Cosa (Crime organisé de souche asiatique) en Asie, le Yakuza au Japon, le Bucak en Turquie…Bien évidemment et sans grande surprise non plus, les contrefacteurs accroissent les profits de leurs activités en faisant appel à des travailleurs clandestins qu’ils peuvent sous-payer et assujettir sans risque de rébellion. “Les réseaux internationaux parfaitement organisés vont même jusqu’à provoquer l’immigration clandestine au sein de l’Union européenne pour s’assurer la main-d’œuvre la plus obéissante possible puisqu’elle est redevable de sa dette au passeur”, précise le CNAC. Entassés dans des caves ou des appartements exigus, les clandestins travaillent dans des conditions inacceptables.


Qui est le CNAC?

Le Comité national anti-contrefaçon est un organisme qui réunit les fédérations professionnelles, les associations et les entreprises concernées ainsi que les administrations compétentes. Parmi ses principales missions, coordonner les actions initiées par chaque administration afin d’améliorer l’efficacité de l’ensemble du dispositif national. Ou encore sensibiliser les industriels aux droits et devoirs de la propriété intellectuelle en leur fournissant une information et une documentation pratiques. Et aussi organiser des missions de coopération vis-à-vis des pays en voie de développement. Leur objectif est également de développer des actions de sensibilisation des consommateurs et de renforcer la lutte contre les contrefaçons au niveau européen et international. Bien souvent la production, voire la vente de marchandises contrefaites, a lieu à l’étranger. Certains des pays producteurs sont d’ailleurs bien connus. Une meilleure coopération européenne et internationale permettrait de faire connaître les actions de la France dans ce domaine, de prévenir le développement de la contrefaçon, et de mieux appréhender et condamner les contrefacteurs. Il s’agit parallèlement de renforcer la répression en rendant le délit plus dissuasif et en améliorant le travail des juridictions et des services publics concernés.Radia LAHLOU

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc