×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Enquête

    Comment trois entrepreneurs ont redécouvert le métier de patron

    Par L'Economiste | Edition N°:464 Le 16/03/1999 | Partager

    · Des managers ayant suivi la formation "Esprit d'entreprise" de l'OFPPT livrent leurs impressions
    · Optimisation de la planification stratégique
    · L'entreprenariat, cela s'apprend aussi


    "DE nos jours, nul ne peut terminer des études et prétendre ne plus jamais avoir besoin de formation". S'il n'avait pas lu ce passage "puisé quelque part", M. Khalil Dakhama Bennani, administrateur de la société LEI (Les Equipements Industriels) à Casablanca, n'aurait sans doute pas suivi l'atelier Esprit d'entreprise de l'OFPPT (Empretec Maroc) au mois d'octobre dernier. Autodidacte et appartenant à cette race d'entrepreneurs qui ont le "nez sur le guidon", Hadj Dakhama (il est plus connu sous ce nom) aurait pu craindre que cette formation ne soit là que pour le décor. "En réalité, l'atelier m'a beaucoup apporté, notamment en termes d'outils de planification stratégique. Nous avons réalisé l'importance d'actions que nous mettions en oeuvre mais que nous n'arrivions pas à formaliser", reconnaît-il.
    En fait, il n'est pas le seul dirigeant à juger positivement l'impact de cette formation. Mme Boutheyna Iraqui-Echiguer, directeur de la société Locamed Service (matériel médical) cite, non sans émotion, des avantages en termes de visibilité et d'optimisation des ressources: "J'ai aujourd'hui un plan stratégique pour les trois prochaines années". Pour sa part, M. Ali Mohsen, directeur de Somebaf, une entreprise casablancaise qui opère dans le second oeuvre, affirme: "Il faut se rendre compte que ces techniques comportementales sont des standards internationaux qui ont été identifiés chez des entrepreneurs ayant réussi dans différents pays à travers le monde. Donc leur apport ne fait pas de doute". Les raisons pour lesquelles ces entrepreneurs ont décidé de suivre l'atelier Empretec Maroc sont ouvertes. En revanche, le constat est le même pour tous, à savoir que les dirigeants sont soumis aux mêmes contraintes que les hommes et les femmes qu'ils dirigent. Ils doivent donc se former tout au long de leur vie. "Ce n'est pas toujours évident. Des dirigeants n'ont pas envie de redevenir élèves", souligne Mme Iraqui Echiguer.
    Pour ce docteur en pharmacie, "qui n'a pas été très emballée par le travail en officine", l'atelier Esprit d'entreprise a même ouvert l'appétit vers des formations personnalisées du type coaching. (entraînement). Sa société a fait appel aux services d'un consultant français qui négocie des contrats avec des partenaires étrangers. "C'est un investissement énorme pour une PME comme la mienne et c'est une chose à laquelle je n'aurais jamais pensé il y a six ou sept mois", souligne-t-elle. Mais, après avoir suivi la formation, elle ne doute plus de l'urgence et de l'opportunité d'une telle mesure. Locamed compte maintenant créer une seconde entreprise, un projet qu'elle avait dans les tiroirs depuis plus de trois ans. De son côté, M. Mohsen prévoit de lancer une campagne de communication, mais doit pouvoir mettre en valeur une approche marketing. "Auparavant nous n'avions jamais raisonné en termes de satisfaction de clientèle ou d'image. Dans notre secteur, c'était presque tabou".


    Devenir entrepreneur en 80 heures de leçons


    Financé par l'OFPPT et exécuté par la société de consulting américaine, Management System International (MSI), le premier atelier de formation à l'Esprit d'entreprise s'est tenu à Casablanca au mois d'octobre 1998.
    Le programme comportait 80 heures de leçons avec prise en charge à plein temps des stagiaires. La formation repose sur une approche qui considère l'esprit d'entreprise comme un ensemble de comportements qui peuvent être observés et acquis. Le second atelier est prévu pour le mois d'avril.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc