×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Classes Prépas
Toujours pas de débouchés dans la filière «Eco»?

Par L'Economiste | Edition N°:2426 Le 20/12/2006 | Partager

. Les étudiants s’estiment abandonnés à leur sort . Le ministère de tutelle se veut rassurant Les étudiants des classes préparatoires aux grandes écoles économie et commerce -option technologie- (CPGE ECT) du lycée qualifiant Al Khansaa s’inquiètent. «On n’a pas de visibilité satisfaisante par rapport aux débouchés de notre branche», soulignent-ils dans une lettre adressée au ministère de l’Enseignement, en date du 3 décembre 2006. Regroupés sous forme d’association(1), ils militent pour la prise en considération de plusieurs revendications. D’abord l’octroi d’une équivalence au Deug(2) aux lauréats de la 2e année des classes préparatoires. «Celle-ci va nous permettre d’être admis en 3e année de faculté à l’instar de nos camarades inscrits en mathématiques-physique», argumentent les représentants de l’AMECPEC. Reste à savoir si cette équivalence demeure juridiquement possible après la nouvelle réforme universitaire LMD(3). Celle-ci ayant, en effet, supprimé le Deug. Du côté du ministère de l’Enseignement, on avance que «depuis un an une commission étudie au cas par cas les profils des étudiants de CPGE ECT admissibles à la faculté». Cette procédure de «passerelle» permet aux candidats, en fonction des modules capitalisés, d’accéder à un semestre déterminé de l’année universitaire. L’AMECPEC revient à la charge en réclamant une réhabilitation académique des CPGE ECT. «Pourquoi sommes-nous exclus des concours d’accès aux grandes écoles marocaines de commerce? Ce qui n’est pas le cas des étudiants des classes prépas -option scientifique-», s’interrogent les intéressés. Malentendus, incompréhension ou manque de communication entre les deux parties? En tout cas, le ministère de tutelle se veut rassurant. «Depuis la réforme de 2006, l’ENCG et l’ISCAE ont intégré les classes prépas économies option Technologie dans le leur cahier de normes pédagogiques», précise-t-on au département de Habib El Malki. Contactée par l’Economiste, l’AMECPEC n’a pas l’air d’être au courant des derniers rebondissements du dossier. Toujours est-il que les étudiants des CPGE ECT persistent à croire qu’après deux années d’études, ils n’ont pas de débouchés satisfaisants: c’est soit les écoles de commerce françaises ou l’agrégation. Et là aussi, les étudiants des classes prépas -option technologie- ne semblent pas en démordre avec leurs revendications. Ils demandent soit des aides, soit une prise en charge pour ceux qui préparent les concours des grandes écoles de commerce françaises. Ces dernières ont envoyé, en 2006, une vingtaine de dossiers de candidatures. Elles seront réparties, selon un classement de mérite, sur les 50 étudiants de la 2e année des CPGE ECT. «Pour comparaison, les 48 classes préparatoires aux écoles d’ingénieurs ont droit chacune de 4 à 5 dossiers. Tandis que les 16 écoles privées qui préparent aussi aux concours d’accès en ont seulement deux», précise Abdel Hafid Debbagh, chef du département formation des cadres au ministère de l’Enseignement.


Solution globale

L'augmentation des places destinées aux CPGE ECT au concours d’accès à l’agrégation figure aussi parmi les demandes des étudiants. En cas de réussite, les candidats suivent une formation de trois ans. Chaque année, ils doivent passer une épreuve écrite et orale. «En cas d’échec à l’examen de sortie, nos années d’études ne sont pas reconnues», s’indigne l’AMECPEC. A ce jour, et ce malgré toute la bonne volonté du ministère de l’Enseignement, la crise des passerelles continue. Une solution globale devrait émerger avec l’adoption du projet de loi, qui traîne depuis plus d’un an au Parlement. Les raccommodages administratifs ne font finalement qu’enfoncer, un petit plus, les jeunes étudiants des CPGE ECT dans leur détresse.Faiçal FAQUIHI------------------------------------------------------------------------------(1) L’Association marocaine des étudiants des classes préparatoires économie et commerce, option technologie, du lycée qualifiant Al khansaa (AMECPEC). (2) Diplôme d’études universitaires générales(3) Licence-Master-doctorat

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc