×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Société

Casablanca/Bd Roudani
Le tunnel opérationnel en février

Par L'Economiste | Edition N°:2862 Le 17/09/2008 | Partager

. 50% des travaux déjà achevés. A quand des projets similaires dans d’autres ronds points?Où en sont les travaux du tunnel du boulevard Brahim Roudani? «Aujourd’hui, on a pu achever 50% des travaux au niveau des terrassements et bétons armés (semelles et voiles)», indique Mohamed Ezzouate, ingénieur d’Etat à la commune de Casablanca et chef du projet. Celui-ci, rappelons-le, est destiné à la décongestion du grand carrefour situé entre les boulevards Brahim Roudani, Bir Anzarane, Yacoub El Mansour et la Route d’El Jadida. La déclaration d’Ezzouate se veut rassurante: 3 mois après leur lancement (mi-juin 2008), les travaux avancent bon train. A telle enseigne que l’on envisage la fin des travaux dans 5 mois. Soit dit en passant, le délai de réalisation convenu est de 12 mois. «C’est avec la collaboration de tous les intervenants (Lydec, Maroc Telecom, etc...) qu’on prévoit de finir le projet vers mi-février prochain. Il fallait à tout prix penser à réduire la durée d’exécution de ces travaux», précise l’ingénieur. En effet, aux heures de pointe, la circulation est quasi impossible dans ce rond-point, dans la mesure où les autorités n’avaient pas prévu le développement hallucinant que connaît la zone. Le croisement des boulevards Bir Anzarane, Yacoub El Mansour, Brahim Roudani et la Route d’El Jadida produit d’incroyables embouteillages. Toutefois, la réalisation du carrefour permettra d’atténuer l’intensité des flux de voitures incessants en provenance de la route d’El Jadida, de l’Oasis, etc. Le passage souterrain apportera, à n’en point douter, une partie de la solution escomptée. Mettre fin aux embouteillages dans cette zone à très forte circulation n’est donc certainement pas pour demain. En fait, la solution devrait s’inscrire dans une stratégie globale et bien réfléchie pour la circulation dans Casablanca. Force est de constater que le parc automobile ne cesse de se densifier jour après jour. L’idée d’élargir les emprises du centre-ville demeure impossible, on le sait. Ainsi et pour rendre la circulation plus fluide, il faudra impérativement s’orienter vers une construction massive de passages inférieurs et supérieurs. Ce type d’aménagement reste la solution la plus sûre pour alléger l’intensité du trafic. Toutefois, un projet de passages supérieurs ou inférieurs implique une estimation des coûts des travaux d’aménagement. Certes, les dépenses prévues sont souvent assez élevées, mais la réalisation du projet en question permettra d’atténuer le calvaire quotidien de la circulation en supprimant petit à petit les croisements de routes. Au niveau des autres boulevards, il faudra également commencer à raisonner dans la même perspective. Les responsables de la ville sont tenus de multiplier leurs efforts afin d’établir et de mettre en exécution des projets similaires. Parce qu’un seul passage souterrain ne permettra pas de résoudre tous les problèmes de circulation dans la métropole.Jihad RIZK

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc