×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Casablanca: L’eau et l’assainissement pour tout le monde

Par L'Economiste | Edition N°:2127 Le 11/10/2005 | Partager

. Généralisation à la population rurale. Plus de 300.000 bénéficiaires C’EST un projet ambitieux: généraliser l’eau potable et l’assainissement à toute la population rurale de Casablanca. Le nouveau wali de la métropole en fait sa priorité. A peine installé, il a invité les directeurs de l’Onep, de l’ONE et de Lydec à une réunion dans ce sens. Avec l’Onep, les choses avancent apparemment plus vite. Une convention avec cet organisme est déjà prête. La réalisation du projet débutera en 2006 pour se voir concrétiser entièrement en 2009. Quatre ans dédiés aux trois grands volets de l’opération: études, travaux d’assainissement et adduction en eau potable. C’est une aubaine pour les habitants des communes rurales qui n’auront plus recours à l’usage de puits et de fosses sceptiques. Plus précisément, 9 communes sont concernées: Majjattia Ouled Taleb, Lahraouiyine, Sidi Hajjaj Oued Hassar, Beni Yakhlaf, Chellalate, Sidi Moussa Ben Ali, Sidi Moussa Majdoub, Bouskoura et Dar Bouazza-Ouled Salah. Près de 306.000 habitants auront ainsi accès à l’eau potable et à l’assainissement. Les parties à la convention (la Région du Grand Casablanca, l’Onep et la commission locale de l’INDH) évaluent le coût du projet de l’alimentation en eau à 280 millions de DH tandis que celui de l’assainissement nécessitera près de 150 millions de DH. Les modalités de financement sont arrêtées. Pour ce qui est de l’alimentation par voie de borne-fontaine, chaque famille devra s’acquitter de 500 DH. Le reste est à la charge respectivement de l’Onep à raison de 80% et des collectivités locales à hauteur de 15%. S’agissant de l’adduction par branchement individuel, les habitants auront à débloquer 2.500 DH par famille. Quant aux communes, leur participation est fixée à 15% en matière de production et de 30% pour ce qui est de la distribution. Le complément sera assuré par l’Onep. En matière d’assainissement, les habitants ne débourseront rien. C’est l’Onep, la Région et les communes rurales qui se chargeront de tous les frais estimés à 150 millions de DH. Les communes auront en plus à se charger d’autres installations (station d’épuration, de pompage, les conduites de transfert…). Il leur incombe également de délivrer les autorisations nécessaires à la mise en œuvre des travaux et de mettre à disposition de l’Onep les terrains requis. Dans ce partenariat, les travaux de production et d’alimentation en eau potable sont de la compétence de l’Onep. La gestion de la distribution de l’eau et de l’assainissement relève des attributions des communes. Les parties prenantes établiront des cahiers des charges qui détermineront les méthodes d’exploitation et de gestion des diverses installations d’eau potable et d’assainissement.Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc