×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Autoroutes: L'ADM en mal de fonds propres

    Par L'Economiste | Edition N°:291 Le 31/07/1997 | Partager

    La société nationale des Autoroutes du Maroc (ADM) a tenu son Conseil d'Administration. Deux points inscrits à l'ordre du jour: la présentation du rapport d'activité de 1996 et la levée de fonds propres.


    «Le résultat net de l'exercice 1996 s'est clôturé par un déficit de 65 millions de DH», affirme M. Ahmed Tahour, secrétaire général de la société nationale des Autoroutes du Maroc, à l'issue du Conseil d'Administration tenu dernièrement. «La société est entrée depuis 1995 dans le cycle prévisible déficitaire, conséquence des importantes charges financières et dotations d'exploitation liées aux investissements». Le chiffre d'affaires réalisé a atteint 140 millions de DH, en progression de 20% par rapport à l'année précédente.
    M. Tahour a expliqué que la structure financière de l'ADM demeure fragile, puisque le volume cumulé d'investissements à fin 1996 est de 2,27 milliards de DH, financé à hauteur de 78% par des emprunts internationaux. L'ADM a du mal à mobiliser des fonds propres, ressources nécessaires pour compléter le financement du programme autoroutier engagé.
    Le montant global de l'investis-sement pour les trois concessions gérées par la société est de l'ordre de 7 milliards. Il est financé à hauteur de 75% par des emprunts à des conditions concessionnelles et à 25% par des fonds propres. Pour ces trois projets, les besoins en fonds propres ont été estimés à 1,475 milliard de DH dont 890 millions à mobiliser à l'horizon 1999. C'est dans ce sens que l'ADM a choisi Attijari Finance comme banque d'affaires chargée de lever les fonds nécessaires sur le marché international.

    Hausse du trafic


    Cette opération est au stade de l'élaboration de deux mémoran-dums de conseil et d'information, documents servant à définir la stratégie à adopter en matière d'approche des investisseurs potentiels.
    Une note résumant les activités au cours du premier semestre de cette année a été élaborée. Outre l'état d'avancement des travaux sur les divers chantiers d'autoroute ouverts, le document fait le point sur l'exploitation du réseau actuel. Ainsi, sur l'autoroute Rabat-Casablanca, la trafic a repris de 9,2% après la baisse enregistrée au cours des deux dernières années. Le trafic a été de 3.424.765 véhicules, engendrant une recette de 55,683 millions de DH. Les moyennes journalières ont été de 18.921 véhicules et 307.642 DH.
    L'axe Rabat-Kénitra a été emprunté par pas moins de 647.900 véhicules générant 6.713.736 DH de recettes. Les statistiques fournies par l'ADM enregistrent une hausse de 76,8% pour le trafic et de 72% pour les recettes de péage par rapport à la même période de l'année dernière. Cet écart entre le trafic et les recettes s'explique par la réduction de 50% sur les tarifs de péage accordée aux usagers lors de la campagne de promotion lancée entre les 17 avril et 15 mai derniers. La hausse s'explique également par la mise en service de la voie de contournement de Rabat-Salé et celle de la section de Kénitra-Larache. Cette dernière section a canalisé environ 2.354 véhicules par jour, générant une recette de 13.612.540 DH.

    L'entretien du réseau n'a pas été en reste. Les pluies de l'année dernière avaient mis à mal le réseau de l'axe Casablanca-Rabat. Pour remédier à cette défaillance, l'ADM a procédé à des travaux de surélévation de la chaussée sur 1 km au niveau de la zone de Aïn Harrouda. De même, des travaux complémentaires ont été entrepris sur l'axe Rabat-Larache. Il s'agit de fournir de nouvelles possibilités d'accès et d'échange de part et d'autre des zones traversées par l'autoroute. Ainsi la construction de l'échangeur de M'Nasra, à mi-chemin entre Kénitra et Moulay Bousselham, devra être achevée courant août. L'aménagement d'aires de repos à proximité est prévu. Il s'agit de réaliser également un passage supérieur et trois passerelles au niveau de la vallée du Sebou pour faciliter les déplacements des riverains et des engins agricoles des deux côtés de l'autoroute. A l'exception des aires de services de M'Nasra qui seront mises en service début 1998, l'ensemble des travaux seront achevés en 1997. L'aire de service de Moulay Bousselham est accessible dans le sens Larache-Rabat depuis le 3 juillet dernier.

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc