×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Algérie/exportation
    45 milliards de dollars pour les hydrocarbures

    Par L'Economiste | Edition N°:2405 Le 21/11/2006 | Partager

    . Elle engrangera un milliard de dollars . Une réforme bancaire est obligatoire pour attirer les investisseurs arabesL’Algérie affiche 45 milliards de dollars d’exportations d’hydrocarbures sur les 10 premiers mois de 2006 et anticipe 500 millions de dollars de surtaxe sur des plus-values pétrolières pour l’année, a annoncé le 19 novembre le ministre algérien de l’Energie et des Mines Chakib Khelil. Selon ce dernier, l’Algérie doit engranger un milliard de dollars de surtaxes par an à compter de 2007, grâce à un nouveau prélèvement sur les plus-values pétrolières, introduit en octobre et appliqué à partir d’août. D’après cette nouvelle disposition décidée par le Parlement en octobre, les rentrées des compagnies pétrolières exerçant en Algérie seront frappées d’une surtaxe, applicable à partir du 1er août 2006, de 5% au minimum et de 50% au maximum, lorsque la moyenne arithmétique mensuelle du prix du baril dépasse 30 dollars. Khelil a estimé que l’Algérie pourrait recueillir 500.000 dollars sur «les profits exceptionnels» des compagnies pétrolières en 2006. A partir de 2007, cette surtaxe devait rapporter en année pleine un milliard de dollars au Trésor algérien, a indiqué le ministre.Par ailleurs, plusieurs centaines d’investisseurs arabes réunis à Alger se sont déclarés prêts à investir en Algérie, mais attendent une profonde réforme du système bancaire, l’un des plus archaïques de la région, et d’un assouplissement des procédures administratives. Placée sous le thème de «l’Algérie, carrefour de l’investissement arabe», cette rencontre avait été ouverte par le chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika, qui avait appelé les hommes d’affaires arabes à investir leurs énormes disponibilités financières actuelles en priorité dans les pays arabes. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc