×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Politique

«Al Qaida semble sortir d'un scénario de James Bond»
Entretien avec Aymeric Chauprade, géopoliticien français

Par L'Economiste | Edition N°:1537 Le 11/06/2003 | Partager

Aymeric Chauprade, directeur des études de géopolitique au Collège Interarmées de Défense (école de guerre) à Paris et par ailleurs professeur de sciences politiques à l'université de Neuchâtel en Suisse, ainsi qu'à la Sorbonne à Paris. Rédacteur en chef de la revue française de géopolitique, dont le premier numéro «Géopolitique des Etats-Unis« vient de paraître aux éditions Ellipses, également distribué au Maroc. Chauprade a aussi écrit en collaboration avec François Thual, le «Dictionnaire de géopolitique«, un ouvrage de référence dans cette discipline.. L'Economiste: On soupçonne Al Qaida d'être derrière les actes terroristes de Casablanca. Cette organisation est-elle aussi importante que le prétendent les Américains?- Aymeric Chauprade: La dérive terroriste est une menace pour tout le monde. Il faut la combattre. Mais ce qui est frappant c'est que les Américains ont réussi à inventer un nouvel ennemi global, officiel succédant à l'Union soviétique. Cet ennemi présente une caractéristique intéressante pour les Américains, c'est qu'il est invisible. Donc par définition, on peut aller le chercher partout.Aujourd'hui, personne ne sait exactement ce qu'est Al Qaida. Déjà, son nom est assez curieux comparé aux mouvances islamistes qui ont un objectif inscrit dans leur appellation. Al Qaida signifie la base. Cela ressemble à un scénario de James Bond.. Comment décryptez-vous alors la politique américaine d'aujourd'hui?- Les Américains ont un projet géopolitique mondial très avancé. C'est un projet de domination assez clair. J'ai étudié leur stratégie, depuis plusieurs années, en analysant leurs textes de géopolitique. Il y a des axes de suprématie très clairs qui y sont définis. Et face à ce projet, il faut entamer une réflexion et proposer d'autres projets alternatifs. Car le projet américain nous mènera vers plus de guerres et plus de déséquilibres, de frustrations, d'islamisme…. Cette stratégie risque de conduire à plus d'extrémisme islamiste et de terrorisme. Chose que les Etats-Unis veulent justement combattre.- C'est tout à fait juste. Cette logique des blocs reviendra à faire le lit de plus d'islamisme radical, qui raisonne également dans une logique de bloc. Tout cela est très dangereux. Il faut noter aussi que les Américains sont en train d'introduire une énorme révolution stratégique. C'est le développement d'un bouclier antimissile qui casse l'équilibre de la bipolarité de la guerre froide. Les Américains comptent déployer ce bouclier en 2005. A ce moment, ils seront capables de se prémunir contre toute attaque nucléaire. Cela veut dire qu'ils pourront passer à l'acte à n'importe quel moment. C'est essentiellement la Chine qui est visée. Elle dispose d'une trentaine de têtes nucléaires qui seront dévalorisées et sa force militaire conventionnelle accuse plusieurs années de retard en technologie, même si elle dispose de deux millions d'hommes sous les drapeaux.Il faut rappeler que le budget militaire américain, 450 milliards de dollars, est égal aux budgets militaires de tous les autres pays du monde.. Que pensez-vous de la théorie d'Emmanuel Todd, sur la décomposition du système américain?- En effet, on se demande si ce formidable essor américain n'est pas le signe que cet empire cherche, par la force, à rattraper les marchés qu'il est en train de perdre. Les autres peuples ont droit au développement, à la croissance et à devenir des concurrents économiques sérieux. On a l'impression effectivement que les Etats-Unis ont investi dans la canonnière pour prendre par la force les marchés émergeants, empêcher leur indépendance politique et orienter les appels d'offres. C'est ce qu'ils ont fait en ex-Yougoslavie et ont commencé à faire en Irak. Le gouvernement mis en place n'est pas forcément démocratique. Ce qui importe c'est qu'il soit pro-américain pour définir les appels d'offres avec des normes favorables aux produits américains.C'est ce qui se passe d'ailleurs à l'OTAN. Un pays qui intègre cette alliance doit se mettre aux normes de l'armée américaine. C'est ce qu'on appelle en jargon militaire «l'interopérabilité«. Pour cela, il faut acheter du matériel militaire américain.C'est exactement le cas de la Pologne, qui, avec de l'argent européen, 3,5 milliards de dollars, achète 48 avions F16 américains. Ce qui agace un peu, et à juste titre, la France.. Qu'en est-il de l'Union européenne et d'une éventuelle diplomatie commune?- Il y a, aujourd'hui, deux projets géopolitiques différents qui s'affrontent en Europe. Un projet de bloc euro-atlantique qui consiste à s'aligner sur la politique américaine et un autre projet d'une Europe, puissance indépendante. Ce dernier est minoritaire. Nous l'avons vu lors de la guerre en Irak.Les Américains veulent empêcher à tout prix l'émergence d'une Europe puissante et indépendante. Ils entravent son élargissement au monde méditerranéen et notamment aux pays qui sont qualifiés, à mon sens, pour intégrer l'Union européenne comme le Maroc. Ils font ainsi de la Méditerranée une fracture plutôt qu'un lien.. Donc, selon vous, l'ouverture de l'Europe vers le monde musulman est un moyen de freiner l'expansionnisme américain?- L'élargissement de l'Europe ne doit pas seulement se faire vers des pays dont la culture est assez hostile au monde musulman, comme les pays de l'Europe de l'Est. L'Europe doit devenir l'Euro-Méditerranée ouverte sur les pays arabes du pourtour méditerranéen, à commencer par le Maroc. C'est le projet défendu par les géopoliticiens français, belges et certains allemands.Si les Etats européens restent suffisamment souverains en matière de politique étrangère, ils pourront développer un contrepoids à la vision transatlantique qui est en train de s'imposer.. Comment expliquez-vous la décision de démantèlement de l'armée irakienne? - Les Américains se sont rendus compte qu'il y avait une nation irakienne et une colonne vertébrale en Irak. Le seul organe de force, après le parti Baâth qui est transcommunautaire, c'est l'armée. Casser cette armée, c'est briser la dimension unitaire et la cohésion du pays. Or, dans une logique coloniale, la puissance étrangère se rend utile quand il y a des divisions. En d'autres termes, en démantelant l'armée, les Etats-Unis cherchent à justifier une présence de longue durée en Irak. Nous sommes donc face à une «palestinisation« de l'Irak.. Nous sentons parfois que la politique américaine manque de réalisme.- En effet, dans la stratégie américaine, les objectifs sont clairement tracés, mais à aucun moment, ils ne prennent en compte la réalité des peuples et leurs réactions éventuelles. Manifestement, même s'ils gagnent des guerres, ils sont de plus en plus détestés sur la planète. Je me demande donc si cette politique, qui génère la haine, est rentable à long terme.Ce qui n'est pas le cas pour la France, pour ses ressortissants, son économie et sa culture.. Les Américains ont-ils commencé à rendre à la France la monnaie de sa pièce?- En Europe, la France est la cible principale des Etats-Unis. Pour une raison simple. Mise à part la Russie, la seule puissance qui a une dimension mondiale, des intérêts à l'échelle internationale, c'est la France. Tous nos autres partenaires ont des intérêts uniquement régionaux ou parfois continentaux.Les Etats-Unis ont promis à l'Espagne et à l'Italie de remplacer la France en Méditerranée.. Ce deal compte également le Maroc?- Il y a un souhait, effectivement, de la diplomatie américaine de favoriser auprès des Marocains, les Espagnols par rapport aux Français. Ça me paraît très clair. Mais tout dépendra de la perception géopolitique que le Maroc aura de la situation. Et là, j'ai envie de tendre la main au Maroc et de lui dire attention au piège américain. Les Etats-Unis jouent double jeu dans les questions de souveraineté du Maroc. En disant des choses au Maroc et d'autres à l'Algérie.Les Etats-Unis font également des promesses de libre-échange au Maghreb comme s'ils voulaient le détourner de l'intégration dans le marché européen.. Quelle est la stratégie américaine dans le conflit israélo-palestinien?- En occupant l'Irak, les Etats-Unis ont choisi le bon pays. Ils pèsent maintenant sur différents théâtres: l'Iran, la Syrie et sur l'ensemble des bases arrière de la résistance palestinienne. Résultat: le moteur palestinien s'est affaibli de l'intérieur. L'autorité palestinienne n'est pas en position de force pour négocier.A mon avis, mis à part Rabin, aucun grand leader israélien, qu'il soit de gauche ou de droite, n'a rompu avec le projet sioniste de développement d'un Etat israélien achevé, c'est-à-dire qui s'étend de la Méditerranée au Jourdain. Je pense donc que les Israéliens ne veulent pas d'un Etat palestinien. C'est pour cela qu'ils vont soutenir implicitement la logique du pire, celle défendue notamment par le Hamas.


Contrer la Chine

Il apparaît clairement depuis la fin de la guerre froide en 1990 que les Etats-Unis veulent contrer l'émergence de la Chine. Sur les vingt ou trente ans à venir, la Chine peut les concurrencer en tant que première puissance mondiale dans la zone Asie-Pacifique et peut-être au-delà. Il y a donc une stratégie qui a été mise en place pour contrôler l'émergence de la Chine. Pour Chauprade, cette stratégie admet plusieurs axes. Le premier concerne l'énergie. En effet, la Chine a une grande faiblesse. Certes, elle a une très forte croissance, mais elle est hautement dépendante en énergie, dont plus de 60% proviennent du Moyen-Orient. Ainsi, pour les Américains, augmenter leur maîtrise sur les réserves mondiales de pétrole revient non seulement à sécuriser leurs propres approvisionnements futurs, mais surtout à contrôler la dépendance de l'adversaire. C'est ce qui apparaît à travers la prise de l'Irak et peut-être d'autres pays du Moyen-Orient.Le deuxième axe de la politique américaine consiste pour les Etats-Unis à tenter de construire un bloc euro-atlantique soudé autour des Etats-Unis. Ce bloc se prolongerait jusqu'à la Russie. C'est une sorte de bloc judéo-chrétien, puisque les Etats-Unis souhaitent y mettre Israël comme tête de pont. Tout cela face à la Chine et au monde arabe.Enfin, le troisième axe consiste à encercler la Chine. Les Etats-Unis ont entamé un rapprochement avec l'Inde, via leurs alliés israéliens qui coopèrent de plus en plus avec New Delhi. Le tout au détriment du Pakistan. C'est donc un axe anti-islamique qui se crée. Les Américains se rapprochent également de tous les pays qui depuis des dizaines de siècles se méfient de la puissance de l'empire chinois. C'est le cas des deux Corée, que les Américains tentent de réunifier par le Sud, du Japon, de Taïwan, du Vietnam. Ce dernier pays, bien que communiste, est un ancien ennemi de la Chine. Il y a d'ailleurs des projets de bases navales américaines au Vietnam.


Le Sahara est fondamentalement marocain

. L'affaire du Sahara tarde elle aussi à trouver une solution. Qu'en pensez-vous?- D'abord, je pense qu'historiquement, le Sahara est fondamentalement marocain. Pour une raison simple: La géographie du Maroc est axée sur la circulation Nord-Sud, entre l'Europe et l'Afrique. Détacher le Sahara du Maroc, c'est couper le pays de sa projection vers l'Afrique subsaharienne. C'est donc quelque chose d'antinaturel et d'anti-historique. Bien sûr, l'Algérie souhaite se désenclaver et obtenir, grâce à une petite république satellisée, un débouché sur l'Atlantique.Je pense que la position française est d'en finir clairement avec ce conflit et reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara. D'autant plus que le Maroc est dans un état d'esprit d'ouverture puisqu'il parle d'autonomie et de possibilité aux régions d'avoir leurs spécificités locales. Là encore, les Américains et les Espagnols jouent double jeu. Je pense que les Etats-Unis s'intéressent beaucoup plus à l'Algérie, par ce qu'elle a du pétrole, qu'au Maroc.


Qu'est-ce que la géopolitique?

Aymeric Chauprade définit la géopolitique comme l'étude des intérêts et des volontés de puissance en prenant en compte les réalités de la géographie physique ou des identités. Elle prend en compte également les changements et les rapports de force issus de la technologie. C'est donc un décryptage des relations internationales qui ne se concentre pas sur la description des faits, mais donne plutôt une intelligibilité aux faits.La géopolitique permet de répondre à des questions essentielles, poursuit Chauprade: quels sont les intérêts de puissance de tel ou tel pays? Quels territoires convoitent-ils? Quelles ressources énergétiques aspirent-ils à maîtriser?Cette discipline est née en Allemagne et dans le monde anglo-saxon à la fin du XIXe siècle. Son objectif était de donner une légitimité aux buts de guerre et aux volontés de puissance de l'Allemagne impérialiste, puis plus tard de l'Angleterre et des Etats-Unis dans leurs projections mondiales. Tout cela était assez étranger à la culture française dans laquelle il n'y avait pas de lien entre la politique et la géographie. Donc, la géopolitique est une science tout à fait récente en France et dans le monde francophone.Propos recueillis par Abdelmohsin EL HASSOUNI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc