×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

×

Message d'erreur

  • Notice : Undefined variable: user dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Trying to get property of non-object dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1236 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1246 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
  • Notice : Undefined index: visite dans eco7_vf_preprocess_page() (ligne 1250 dans /home/leconomi/public_html/sites/all/themes/eco7_vf/template.php).
Entreprises

Le Congo Brazzaville courtise les investisseurs marocains

Par L'Economiste | Edition N°:4645 Le 11/11/2015 | Partager
Un programme de privatisation de 46 entreprises
3 milliards d’euros de business potentiel sont en jeu

La République du Congo (ex-Congo Brazzaville) prépare un programme de privatisation qui englobe 46 entreprises dans 6 secteurs d’activité. Un plan que le gouvernement congolais a délégué à Congo Capital Entreprises SA, dans le cadre d’un partenariat public-privé. «Congo Capital et le gouvernement ont décidé d’avoir une participation marocaine dans ce programme», précise d’emblée Ulrich César Kouka, directeur général de Congo Capital Entreprises SA, lors d’une rencontre tenue entre les émissaires de l’entreprise congolaise et des investisseurs potentiels marocains au siège de la CGEM. Selon l’opérateur congolais, à travers cette opération ce sont 3 milliards d’euros de business potentiels qui sont en jeu. «Il ne s’agit pas d’une privatisation au sens propre, entre 70 et 80% des parts des ex-entreprises d’Etat sont la priorité de Congo Capital Entreprises qui est le seul et unique décideur du recrutement des investisseurs», explique Kouka. Et d’ajouter: «Concrètement, nous proposons des ouvertures de capital, en se réservant une part de 20% par entreprise».
L’entreprise congolaise propose un portefeuille de 46 entités opérant dans différents secteurs, notamment l’agro-industrie (aviculture, l’élevage de bétail, les produits laitiers…), l’hôtellerie et le tourisme (hôtels et parcs naturels), l’activité forestière (société forestière et industrielle, société de bois), le commerce (café/cacao, cultures vivrières, l’Office national du Cinéma et la société anonyme de gestion d’armement de pêche) ou encore le secteur de l’eau, l’électricité et l’irrigation. En effet, parmi les projets phares proposé par Congo Capital Entreprises, figure la réhabilitation du barrage hydraulique de Sangha (Sud du pays) qui devrait mobiliser à lui seul 2 milliards d’investissement. La pose de la 1ère pierre est programmée dans 18 mois. A terme, le barrage devrait produire 800 MW. «Les entreprises intéressées doivent faire valoir un apport technologique. Pour ce qui est de la partie production d’énergie et installation des turbines, les opérateurs marocains pourront se positionner sur une petite partie de la chaîne de valeur», signale le management de Congo Capital Entreprises. D’ailleurs, le gouvernement de Brazzaville a mis en place une batterie de mesures fiscales et d’incitation, à savoir des réductions et exonérations d’impôts sur l’investissement. S’y ajoutent des exonérations touchant les droits de douane à l’import, l’impôt sur les sociétés, sur le rapatriement des fonds ou encore le traitement des salariés expatriés. «C’est tout un secteur privé à tisser. Aujourd’hui le privé se concentre au niveau du pétrole et du para-pétrole», précise le management de Congo Capital Entreprises. D’ailleurs, Brazzaville accueillera du 19 au 22 novembre le forum international «Investir au Congo». Un événement qui connaîtra la participation de Maroc Export pour accompagner les opérateurs marocains désireux d’investir au Congo Brazzaville.

Des marchés dans le marché

Située en Afrique centrale, la République du Congo a enregistré un taux de croissance de 7% en 2014 et totalise un PIB de 14 milliards de dollars. Des performances tirées par les hydrocarbures qui représentent 58,6% du PIB et 90% des exportations. Les principaux partenaires du Congo à l’export sont la Chine, l’Australie, l’Angola, la France et le Maroc. En plus d’un marché interne de plus de 4 millions de Congolais, le pays compte sur des marchés connexes comme le Cameroun (22 millions d’habitants), l’Angola (24 millions d’habitants) et la République Démocratique du Congo (75 millions d’habitants).

A.At

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc