Régions

Marrakech/Safi
Ahmed Akhchichine, nouveau président

Par L'Economiste | Edition N°:4608 Le 15/09/2015 | Partager
L’ancien ministre de l’Education nationale a été élu à 55 voix
Donner un élan économique à cette grande région et créer des synergies entre ses provinces, les nouveaux défis

Ahmed Akhchichine a  remporté 55 voix sur 75  au vote des grands électeurs. Il devient ainsi le premier président de la Région Marrakech/Safi

C’est sans grande surprise qu’Ahmed Akhchichine a été élu hier  à la présidence de la Région de Marrakech/Safi. Unique candidat à cette présidence, l’ancien ministre de l’Education nationale et ancien secrétaire général adjoint du PAM avait remporté son siège à Kelâat Sraghna lors du scrutin du 4 septembre en tant que tête de liste. Il a été porté à la présidence de la région par  55 voix, alors que les 16 élus pjdistes ont voté contre choisissant visiblement  le camp de l’opposition. Le nouveau président a joué la carte des coalitions et son bureau élu également hier  est composé aussi bien des membres du PAM que du PI, MP, USFP et RNI. On y retrouve  dans les postes de 2e vice-président  Ali Ben Abderrazik du PI et Ali Rahimi  (RNI) en 5e vice-président... Akhchichine est ainsi le premier président de la Région Marrakech/Safi telle qu’elle a été pensée par  le nouveau découpage où les provinces de Safi et Youssoufia sont désormais adossées à l’ancienne région du Marrakech-Tensift-Al Haouz. Soit huit provinces englobant 216 communes (198 communes rurales et 18 communes urbaines).  Le défi est donc important pour cette grande région qui compte déjà quatre provinces classées parmi les plus pauvres au niveau national et qui connaissent de multiples déficits en infrastructures de base et de services sociaux ajoutés. Mais, les synergies économiques existent aussi. D’abord sur le plan agricole, l’assemblage Marrakech-Safi renforce la position déjà prouvée de Marrakech-Tensift-Al Haouz dans l’agriculture. Avec Safi et Youssoufia, la région représente plus de 35% de la superficie arable utile du Maroc. Sur le plan industriel, l’assemblage Marrakech/Safi représente aussi d’importantes richesses minières, comme les réserves en phosphates sur les territoires des Rhamna et Guentour (Youssoufia) conduisant vers le hub chimique et le port de Safi. Dans l’industrie, la façade maritime du littoral entre Safi et Essaouira est structurellement qualifiée et prédisposée à bénéficier d’investissements en matière d’industrie et de pêche. Il existe aussi des niches à explorer comme le tourisme pour la ville de  Marrakech et les provinces de Safi et Essaouira. La région devient aussi un véritable pôle touristique et artisanal notamment avec l’expertise de Safi, capitale de la poterie. En s’inspirant du modèle de Marrakech, Essaouira, le tourisme est un secteur qui pourrait redynamiser l’économie de Safi et le potentiel ne manque pas. Safi est une ville attractive, qui dispose d’un tissu ancien bien restauré. De plus, en tant que capitale de la poterie, la ville ne devrait avoir aucun mal à attirer les visiteurs.  Akhchichine aura du pain sur la planche pour entreprendre un programme qui saura mettre en avant ces synergies.
De notre correspondante,
Badra BERRISSOULE
 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc