×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

L’arsenal de protection, un avantage compétitif

Par L'Economiste | Edition N°:4420 Le 15/12/2014 | Partager
Les multinationales zappent de facto les pays qui ne protègent pas assez les données personnelles
Les atouts concurrentiels ne peuvent être accessibles à des tiers

Il est temps se prémunir contre les tendances technologiques, qui affectent la protection des données personnelles, précise Zahr Eddine Taybi, enseignant de droit d’information et de presse

- Comment la protection des données personnelles peut-elle encourager les investisseurs à opter pour une région ou à un pays?
- Zahr Eddine Taybi: Les grandes entreprises préfèrent garder pour elles leurs stratégies de croissance et leur savoir-faire. En se souscrivant à un appel d’offre, par exemple, elles dévoilent certains de leurs secrets professionnels. Si ces données confidentielles sont connues par leurs concurrents, elles refusent de s’aventurer dans une compétitivité déloyale. De facto, les grandes firmes internationales, qui envisagent d’investir dans les pays ouverts aux multinationales, insistent sur la protection de leurs données pour ne pas compromettre leur part du marché. Et si le pays qu’elles ciblent n’a pas des lois qui gardent au secret leurs propositions confidentielles, elles le zappent. Idem pour les entreprises qui se lancent dans des projets novateurs comme les énergies renouvelables ou travaux de prospection. Toute divulgation de leurs méthodologies de travail mettrait en péril ces projets. D’ailleurs, plusieurs entreprises précisent que leurs données personnelles sont des atouts qu’elles ne peuvent partager.

- Les mesures prises suite à la loi 08-09 commencent-elles à rassurer les investisseurs et quel est leur réel impact?
- Plusieurs mesures ont été prises pour que les données concurrentielles ne soient pas accessibles à des tiers non autorisés, notamment en étape précontractuelle préalable pour le lancement des projets stratégiques à fortes retombées économiques. La surveillance est de mise car le Maroc opte de plus en plus pour des systèmes informatiques sécurisés avec codage des données. En cas de recours à des sous-traitants, ces derniers doivent assurer des garanties suffisantes au regard des mesures de sécurité techniques et organisationnelles. De plus, le Maroc développe les savoir-faire requis pour combattre les pratiques frauduleuses tout en insistant sur la transparence de ses appels d’offre. C’est ce que préconise cette loi.

- Comment jugez-vous le dernier rapport de la CNDP?
- Il a dévoilé plusieurs irrégularités et c’est une avancée considérable. De plus, ses contrôleurs ont ciblé tous les opérateurs: sites d’annonces, voyage et hôtellerie, cabinets de recrutement et emploi, vente en ligne, deals, marketing, organismes publics, organismes de prévoyance sociale, concessionnaires de services publics, immobilier, banques et sociétés de financement, assurances, transport et logistique, santé, télécoms et location de voitures. C’est rassurant.
Propos recueillis par Ali KHARROUBI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc