×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Politique Internationale

    Accident minier
    Le gouvernement turc sur la sellette

    Par L'Economiste | Edition N°:4276 Le 15/05/2014 | Partager
    L’opinion le tient pour responsable à cause de négligence
    Bilan de 232 morts, les autorités redoutent le pire
    Le groupe Soma Komur dans le collimateur

    Le bilan provisoire de l’explosion faisait état hier de 232 morts et 80 blessés dont 4 grièvement. Cette explosion serait due à une négligence de la part de l’entreprise Soma Komur

    Trois jours de deuil national ont été décrétés en Turquie. Après le drame de l’explosion d’un puits d’une mine de charbon qui a eu lieu hier dans la province de Manisa, les dégâts sont nombreux et les autorités sont tenues pour principal responsable de cet accident par l’opinion publique. Compte tenu de l’ampleur des dégâts, 800 étudiants  ont manifesté contre la «négligence du gouvernement».
    A l’heure où nous mettions sous presse, le bilan des victimes faisait état  de 232 mineurs morts sur les 787 que la société Soma Komur  employait. L’espoir de retrouver des survivants s’amenuise, et ce, malgré les propos rassurants du ministre de l’Energie, Taner Yildiz,  qui  assurait encore hier  que 363 mineurs avaient été sauvés.
      Le district de Soma dans la région égéenne ouest compte environ 100.000 habitants, et est un des principaux centres pour l’extraction de la lignite, principale activité de la région. L’explosion  est apparemment due à un transformateur électrique défaillant qui a provoqué un incendie.
    Même si  la compagnie Soma Komur assure dans un communiqué avoir respecté un maximum de mesures de sécurité et effectué des inspections régulières. La dernière inspection  date  du 17 mars 2014, confirme le  ministère turc du Travail et de la sécurité sociale.
    Les explosions dans les mines sont fréquentes en Turquie, en particulier dans celles du secteur privé où, souvent, les consignes de sécurité ne sont pas respectées.  C’est d’ailleurs ce que confirment les propos des mineurs et des syndicats  de la société qui exploite la mine de charbon. Tous sont  unanimes pour dire qu’il n’y a aucune sécurité dans les mines et que  la direction ne pense qu’à l’argent. Le principal responsable est tout désigné: le gouvernement.
    Ce dernier à ce propos se veut rassurant. Pour pallier la situation dramatique et la propension des dommages causés par cet accident , le ministre de l’Energie, Taner Yildiz, a  assuré que toutes les mesures administratives et légales seront prises . Et c’est d’ailleurs en ce sens que  le bureau du procureur régional a lancé hier une enquête judiciaire sur cet accident.
    Dans un pays où les accidents de travail sont très nombreux, la récente explosion s’ajoute à  la liste noire des accidents survenus dans les mines, le plus grave datant de 1992. Ce sont 263 mineurs qui  avaient trouvé la mort dans une explosion de gaz dans la mine de Zonguldak.

     

    Sarrae BOUAYAD

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc