×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Technologies de l’information
Pourquoi le WEF déclasse le Maroc

Par L'Economiste | Edition N°:4263 Le 25/04/2014 | Partager
Faiblesses: environnement, niveau de préparation, cherté du mobile…
Points forts: concurrence dans la téléphonie et Internet, tarifs Internet…

La Finlande, Singapour, la Suède sont en tête du Networked Readiness Index 2014 du WEF. Cette année, le Maroc perd 10 places en cumulant plusieurs faiblesses

Les pays de la région Mena représentent une perspective très diversifiée en termes de capacité à tirer profit des TIC (technologies de l’information et de la communication) pour stimuler la compétitivité et le bien-être. C’est là un constat des auteurs du rapport «Le Global Information Technology Report 2014» établi chaque année par le WEF.
Si Israël et plusieurs Etats du CCG (Conseil de la coopération du Golfe) ont poursuivi leurs efforts dans le domaine, plusieurs pays en Afrique du Nord sont toujours en retard et souffrent de faiblesses notamment en termes de capacité globale d’innovation, indique le rapport. Ce qui les empêche d’obtenir des rendements plus élevés.
Sous le thème «Récompenses et risques des big data», le Networked Readiness Index (Indice de disposition à la connectivité) mesure la capacité de 148 économies à profiter des TIC pour leur croissance et leur bien-être. Il constate cette année un relâchement de plusieurs pays. Classé au 99e rang cette année, le Maroc perd 10 places (il était 89e en 2013). Dans le nouveau classement, la Tunisie et l’Egypte arrivent respectivement à la 87e et 91e position. L’Algérie (129e) et la Libye (138e) restent à la traîne.
D’après l’analyse du WEF, le Maroc cumule encore plusieurs faiblesses. Les principaux sous indices sont à la baisse: environnement (84e rang), niveau de préparation (95e) et utilisation des TIC (82e). «Le Maroc ne semble pas non plus être en mesure de tirer pleinement profit des nouvelles technologies pour stimuler le développement économique souhaité (123e) et les impacts sociaux (115e) », selon les auteurs du rapport qui attribuent cela aussi à «de mauvaises conditions pour stimuler l’innovation et l’esprit d’entreprise (88e)». A cela s’ajoute le manque de compétences (111e).
En termes comparatifs, les individus sont plus avancés que les entreprises (où l’e-business est encore en retard selon le WEF) dans l’utilisation des TIC, avec plus de la moitié de la population utilisant Internet (57e). De plus, le gouvernement est mal noté en termes de ses offres de services en ligne (125e). Comme l’Egypte, l’infrastructure des TIC et le contenu numérique  (93e) s’est lentement améliorée. C’est aussi le cas de l’adoption des TIC par les particuliers.
Cedi dit, le Maroc ne concentre pas que des contre-performances. Le classement 2014 du Forum économique mondial lui attribue de bonnes notes notamment en matière de concurrence dans la téléphonie et Internet (1er rang ex-aequo avec d’autres pays comme l’Argentine, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, le Brésil, Burkina Faso, le Canada …). Le Royaume est bien classé aussi quant aux tarifs Internet à haut débit fixe, PPP $ / mois (27e). En revanche, les tarifs mobiles restent chers. D’où le classement à la 110e place.

Fracture numérique

Les pays arabes les mieux classés par le WEF sont le Qatar (23e), les Emirats Arabes Unis (24e) et le Bahreïn (29e). Au niveau mondial, les experts constatent peu de progrès dans la correction de la nouvelle fracture numérique. En haut du classement, la Finlande, Singapour, la Suède, les Pays-Bas, la Norvège et la Suisse conservent tous leur place de l’an dernier. Les Etats-Unis continuent leur progression vers le haut, tandis que Hongkong SAR et la République de Corée progressent l’un et l’autre. Le Royaume-Uni est le seul des 10 premiers pays à régresser. Plus bas dans le classement, de nombreuses grandes économies émergentes continuent de se battre pour tirer pleinement parti de leur potentiel numérique. Le cas de la Chine, le Brésil, le Mexique et l’Inde qui perdent tous des rangs.

Fatim-Zahra TOHRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    co[email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc