×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Brèves

Brèves

Par L'Economiste | Edition N°:4211 Le 12/02/2014 | Partager

• La politique gouvernementale au Parlement
La Chambre des conseillers tient, aujourd’hui mercredi, une séance plénière consacrée à la discussion de la politique générale du gouvernement. Deux questions figurent à l’ordre du jour: l’amélioration du climat des affaires et l’emploi.

• Télécoms: Les abonnés ont jusqu’au 1er avril pour se déclarer
Le régulateur télécom (ANRT) a défini de nouvelles règles applicables à partir du 1er avril 2014. Elles portent sur l’identification des abonnés mobiles. Maroc Telecom, Méditelecom et Wana Corporate sont tenus de veiller à ce que tout détenteur d’une carte mobile (2G ou 3G) soit identifié. A part la volonté de vouloir formaliser les relations contractuelles entre les abonnés mobiles et leurs opérateurs, l’ANRT vise à mettre fin aux puces noires. Traduction: des cartes dont les détenteurs sont inconnus. Par ailleurs, cette démarche s’inscrit dans le cadre du respect de la loi relative à la protection des personnes physiques à l’égard du traitement des données à caractère personnel.

• Affaire ONDA: Liberté provisoire, l’éternelle requête
Encore une audience très courte dans l’affaire ONDA. C’est la 2e depuis l’ouverture du procès le 6 janvier 2014 devant la Cour d’appel de Casablanca. La juridiction va statuer cette fois-ci au second degré. Les avocats de Abdelhanin Benallou, ex-DG de l’Office national des aéroports, et de l’un de ses collaborateurs, Ahmed Amine Berkallil, réclament encore une fois la liberté provisoire. Les juges vont se prononcer sur cette requête lundi 17 février.  Les deux accusés sont poursuivis pour crime de détournement et de dilapidation de deniers publics, trafic d’influence et faux et usage de faux. En 1re instance, ils ont écopé de 5 ans de prison et d’une amende de 50.000 DH chacun.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc