×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Politique

    Benkirane rassure ses troupes

    Par L'Economiste | Edition N°:4182 Le 30/12/2013 | Partager
    Satisfaction concernant la gestion de la période précédente
    El Otmani insiste sur l’unité du parti

    Face aux membres du Conseil national du PJD, Abdelilah Benkirane s’est montré rassurant, affirmant que la formation de la nouvelle majorité a pu ranimer l’espoir concernant l’accélération des réformes

    «Nous avons besoin d’une structure organisationnelle solide, homogène, avec de grandes capacités de communication». C’est ce qu’a affirmé Abdelilah Benkirane, secrétaire général du PJD, face au membre du Conseil national de son parti, tenu samedi dernier à Salé. Une occasion pour la formation de la lampe de faire le bilan de son expérience gouvernementale. Surtout que cette réunion du Conseil national s’est tenue quelques mois seulement après la formation de la nouvelle majorité. Et les militants du PJD attendaient que Benkirane leur rende des comptes concernant sa gestion de cette période, où il avait reçu carte blanche du parlement du parti. C’était l’un des principaux points du rapport politique présenté par le SG du PJD. Le Chef du gouvernement a estimé que «la gestion faite de l’étape précédente était réussie». Mieux, il a affirmé que «la nouvelle majorité a pu ranimer l’espoir concernant l’accélération du processus des réformes». Quoi qu’il en soit, Abdelilah Benkirane semble satisfait des réalisations de son équipe. Il a souligné que «les résultats enregistrés ne se sont pas limités au parti ou à la majorité gouvernementale, mais ont profité à tout le pays, qui retrouve aujourd’hui une dynamique de mobilisation globale».  L’objectif est de poursuivre la mise en œuvre du programme gouvernemental et des dispositions de la Constitution. Le Chef du gouvernement a présenté les différents chantiers lancés, estimant que la priorité sera donnée en 2014 à la réforme de la Caisse de compensation et du système des retraites. Face aux membres du Conseil national qui attendaient des signaux positifs, le patron du PJD a estimé que «la lecture de l’évolution du parti doit tenir compte de la spécificité de la conjoncture dans le voisinage du Maroc qui traverse une zone de fortes turbulences». En effet, les formations islamistes se sont retrouvées dans une situation embarrassante après leur échec dans la gestion des affaires publiques, dans plusieurs pays de la région, ou encore suite à l’implication de certains membres dans des affaires de corruption ou de détournement d’argent comme c’est le cas en Turquie. Quoi qu’il en soit, les dirigeants du PJD parient sur la solidité de leurs rangs. Saad Dine El Otmani a été on ne peut plus clair sur ce point. Pour lui, «ceux qui parient sur un éclatement du PJD vont attendre longtemps». L’ancien ministre des Affaires étrangères a démenti «les allégations faisant état de dissidences internes». Il a avancé que le PJD «connaît une dynamique saine et que ses membres sont conscients des enjeux de la conjoncture politique actuelle».


    M. A. M.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc