×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique

    La majorité en conclave aujourd’hui

    Par L'Economiste | Edition N°:4173 Le 17/12/2013 | Partager
    1re rencontre des patrons après la formation du gouvernement
    Au menu, la déclaration gouvernementale et les élections communales

    ABDELILAH Benkirane doit se réunir aujourd’hui avec les patrons des partis de la majorité, à savoir Mohand Laensar, Salaheddine Mezouar et Nabil Benabdellah. Au menu, les nouvelles priorités du gouvernement. Car depuis la formation de l’équipe Benkirane II, l’opposition ne cesse de réclamer la présentation d’un nouveau programme. En tout cas, il ne s’agira pas d’une nouvelle investiture. L’opposition devra se contenter d’une déclaration contenant les priorités gouvernementales, comme l’a souligné Benabdellah lors du dernier comité central du PPSqui s’est tenu samedi dernier à Rabat. En fait, ce document, qui fera l’objet d’un débat sans vote, n’est autre qu’une refonte du programme gouvernemental de l’équipe Benkirane I, lancée par les composantes de la majorité en octobre dernier.
    Au programme également de cette première rencontre après la formation du gouvernement, les élections communales. Il semble que le PJD et le PPS veulent prendre en charge la préparation de ces échéances. Ils souhaitent aussi que les concertations sur les lois électorales démarrent dès janvier prochain. Ce vœu a été réitéré par Nabil Benabdellah lors de la réunion du comité central de son parti. Le SG du PPS a souligné que les concertations devraient être lancées dès le mois prochain pour que les lois électorales soient adoptées au cours de la prochaine session printanière du Parlement. En attendant, Benabdellah a appelé le gouvernement à introduire davantage de flexibilité dans la gestion du temps. «Une meilleure gestion du temps s’impose sérieusement au gouvernement pour mettre en œuvre les réformes structurelles retenues et concrétiser le projet de régionalisation avancée», a-t-il affirmé. Selon lui, la cadence doit être accélérée surtout que moins de 3 ans nous séparent de la fin du mandat du gouvernement Benkirane. D’autant que «cette période va coïncider avec la préparation des élections locales de 2015», a-t-il ajouté.
    Benabdellah, qui a salué la reconfiguration de la majorité, a toutefois critiqué sa composition. Ses observations concernent notamment le nombre élevé de ministres, le non-regroupement de certains secteurs dans un même département et la présence de technocrates. C’est surtout ce dernier aspect qui provoque la colère des militants du PPS. «La nouvelle coalition a un peu perdu de son aspect politique», a estimé Abdelahad Fassi Fihri, membre du bureau politique du PPS. N’empêche que, «la formation d’une nouvelle coalition a permis de mettre fin à la situation d’attentisme qui a eu un impact négatif sur les citoyens et qui a porté un coup dur à la crédibilité du pays», a estimé Nabil Benabdellah qui a rappelé que son parti a toujours insisté sur une sortie de crise gouvernementale à moindre frais pour préserver la stabilité du pays. Cela dit, l’équipe Benkirane II est appelée à poursuivre les réformes retenues. «Leur réussite exige une cohésion gouvernementale qui permettra d’améliorer l’action politique»», a ajouté Benabdellah. Pour lui, «il faudra également mettre en œuvre les instruments de la majorité tout en s’appuyant sur le soutien de l’institution royale, sans lequel aucun gouvernement ne peut réussir».

    Congrès du PPS

    LA 13e session du comité central du PPS a également été consacrée aux modalités d’organisation de son 9e Congrès qui se tiendra du 30 mai au 1er juin prochain. Une occasion d’actualiser la vision du PPS sur l’évolution politique, économique, sociale et culturelle du Maroc et de préparer les prochaines échéances électorales.

    Hajar BENEZHA

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc