×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Culture

    Farid Belkahia expose son atelier à Casablanca

    Par L'Economiste | Edition N°:4173 Le 17/12/2013 | Partager
    Un événement qui se poursuit jusqu’au 20 janvier
    Des œuvres inédites à découvrir

    L’Atelier 21 expose Farid Belkahia jusqu’au 20 janvier. Au sein de ses murs, l’atelier de l’artiste est reconstitué, donnant à voir des œuvres totalement inédites

    L’Atelier 21 tente une expérience inédite : l’exposition de l’atelier d’artiste. Et pour rendre cet événement exceptionnel, la galerie d’art casablancaise a vu les choses en grand, en reconstituant l’atelier d’un pionnier de l’art moderne marocain: Farid Belkahia. Les organisateurs ont souhaité donner à voir plusieurs périodes de l’artiste qui peint depuis plus de 60 ans : « Notre ambition était d’organiser, pour l’une des grandes figures des arts plastiques en Afrique et dans le monde arabe, une exposition qui sort des sentiers battus». Ainsi, les visiteurs auront le loisir d’entrer en immersion dans l’univers de Belkahia, en accédant directement à l’environnement dans lequel l’artiste travaille. Toutes les œuvres exposées dans cet atelier reconstitué sont inédites. D’ailleurs, nombre d’entre elles quittent l’atelier pour la première fois, la plus récente des œuvres datant de 2010.
    Le concept a attiré du beau monde au vernissage de l’exposition, le 10 décembre dernier. Le vernissage a été marqué par la visite de Jack Lang, président de l’Institut du monde arabe (IMA) et ex-ministre français de la Culture, qui a fait le déplacement depuis Paris pour l’événement.
    L’Atelier 21 invite un large public à vivre cette expérience unique dont la réalisation a été confiée à l’architecte et scénographe, Philippe Delis. Celui-ci a eu pour mission de reconstituer l’environnement dans lequel Farid Belkahia travaille. Une mission réussie en dépit de la difficulté à exporter une partie de l’atelier de Marrakech pour l’inclure dans une galerie à Casablanca. Et le résultat est bluffant ! L’Atelier 21 a totalement changé de visage, offrant à découvrir des œuvres uniques dans les recoins des cloisons, faisant de cet atelier reconstitué un véritable labyrinthe.
    Pour l’occasion, L’Atelier 21 abrite également une œuvre importante : la monographie de Farid Belkahia, aux Editions Skira et en co-édition avec la galerie. L’auteur n’est nulle autre que Rajae Benchemsi, l’épouse de l’artiste. Cet ouvrage de 208 pages, édité cette année, y est en vente à 500 DH.
    L’œuvre de Farid Belkahia est d’une richesse impressionnante. Après une période de peinture expressionniste, l’artiste s’est ouvert à des formes plus géométriques et a tenté de nouvelles aventures en diversifiant ses supports de peinture. Du cuivre à la peau teintée aux pigments naturels, la peinture est un moyen d’évoluer et d’innover pour le doyen des artistes-peintres du Maroc. Cet ancien directeur de l’Ecole des Beaux­Arts de Casablanca (pendant près de 12 ans) vient par ailleurs de voir une de ses toiles acquise par le Musée national d’art moderne de Paris (musée du Centre Pompidou).


    Sanaa EDDAÏF

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc