×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Régions

Oujda recase ses marchands ambulants

Par L'Economiste | Edition N°:4168 Le 10/12/2013 | Partager
Six nouveaux marchés de proximité construits
1.200 bénéficiaires pour ces structures de quartiers
Deux autres souks pour 2014

Le loyer des boutiques distribuées au bénéfice de 1.200 vendeurs ambulants a été fixé à 150 dirhams le mois

Six marchés de quartiers ont vu le jour en 2013 pour organiser la vente des fruits, légumes et poissons. Des réalisations qui tombent à point nommé pour réduire les effets négatifs du commerce illégal et alléger la pression sur les commerces du centre-ville. L’occupation illégale du domaine public par des marchands ambulants qui squattent les voies publiques avait, rappelons-le, pris des proportions infernales. Et à l’instar de toutes les villes du Royaume, cela représente une source continuelle de problèmes pour les services de sécurité, incommodités pour les riverains et blocage de la circulation sur plusieurs axes importants de la ville. Ces nouvelles constructions font également partie du plan de mise à niveau urbain, tel que fixé dans le cadre de l’INDH, et dont l’objectif est d’organiser le commerce au niveau des quartiers périphériques. Cela permettra également d’optimiser le contrôle sanitaire, l’accroissement des revenus pour les petits vendeurs, la valorisation des produits exposés, et surtout «la lutte contre le commerce informel des légumes et fruits», ainsi que l’indique Mohammed Mhidia, wali de l’Oriental et gouverneur de la préfecture d’Oujda-Angad. «L’essentiel est que ces nouveaux marchés de quartiers puissent permettre aux bénéficiaires de réaliser des revenus stables, constants et durables», a-t-il souligné lors de l’inauguration du marché de Boudir, samedi dernier. Au total, ils sont quelque 1.200 bénéficiaires à avoir obtenu des points de vente dans ces marchés équipés et organisés. Un programme pour lequel le foncier a été octroyé par la Commune urbaine et qui a nécessité plus de 12 millions de DH, octroyés par l’INDH pour la construction.  Le marché de Boudir s’ajoute aux projets réalisés ou qui sont en cours de réalisation. C’est le cas pour les marchés de Oued Ennachef, Essalam, El Amal, Ennasr et Sidi Driss. Au total, six marchés de proximité pour fruits et légumes sont opérationnels. «Deux autres le seront en 2014 dans les quartiers périphériques de Bouknadel et Ouinat Serraq. Et les suivants sont en phase d’étude pour l’acquisition du foncier. Le but étant de couvrir l’ensemble des quartiers de la ville», explique Abderazaq Dou, chef de la division de l’action sociale au niveau de la préfecture d’Oujda.


De notre correspondant, Ali KHARROUBI

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc