×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Analyse

Education nationale
Le mammouth est-il irréformable?

Par L'Economiste | Edition N°:4148 Le 11/11/2013 | Partager
Des budgets colossaux mais peu de résultats
350.000 élèves abandonnent l’école chaque année
Ils renforcent les rangs des chômeurs non qualifiés

En 2013, le nombre d’établissements dédiés au primaire, collégial et qualifiant s’est établi à 10.208 unités. Un chiffre sensiblement identique aux deux années précédentes. Il s’explique par la diminution de l’effectif des enfants en âge de scolarisation. Ce qui ressort nettement de la stagnation sur les quatre dernières années du nombre d’élèves inscrits au primaire (environ 4 millions). Le même constat concerne l’encadrement

DURE la réforme du système éducatif. Tout particulièrement, la formation de base constituée par le primaire, le secondaire et le qualifiant. Chaque année, pas moins de 350.000 élèves abandonnent l’école. Un chiffre qui résume à lui seul l’étendue de l’échec du système. D’où d’ailleurs le carton rouge brandi par le Souverain dans le discours  du 20 août dernier. Et pour cause ! La situation du secteur de l’éducation et de la formation s’est dégradée par rapport à celle qui prévalait il y a 20 années. «Ce qui nécessite une halte pour un examen de conscience dans l’objectif d’évaluer les réalisations et d’identifier les faiblesses et dysfonctionnements». Un constat sans appel de la crise que traverse la politique publique de l’enseignement. Et les nombreux diagnostics faits à l’étranger sont là pour attester que le pays occupe la dernière place dans plusieurs classements internationaux. Il s’agit d’une vérité que personne ne peut désormais occulter. Alors que l’école reste le levier incontournable de l’insertion économique et sociale et partant la seule issue pour briser le carcan du sous-développement sous toutes ses formes.
Pourtant, les moyens ne manquent pas. Le ministère de l’Education nationale et de la Formation professionnelle est même hissé au rang de département «budgétivore». Sur les cinq dernières années, sa part représente plus du cinquième du budget général de l’Etat à 44 milliards de DH/an en moyenne. Et il est le seul à avoir bénéficié dans le projet de budget 2014 de la plus forte hausse : 8,5% à 46 milliards de DH.  Le système éducatif a certes progressé en termes d’infrastructure, d’encadrement et de l’élargissement de l’accès à la scolarité, mais beaucoup de chemin reste à faire en ce qui concerne la qualité de la formation et de la gouvernance. A telle enseigne qu’il ne joue pas encore le rôle de catalyseur de développement économique et social à l’image de la croissance enregistrée ces dernières années.  En somme, les résultats constatés restent étroitement liés aux moyens et aux ressources qui sont alloués au secteur. Sans tenir compte de la continuité et de la cohérence des stratégies d’éducation mises en place par les gouvernements successifs. Sans oublier aussi le déficit d’implication de la société civile et des parents d’élèves censés assurer le suivi et l’évaluation des politiques publiques. Une situation que d’aucuns qualifient de crise de confiance dans le système éducatif public. Elle se justifie par les inégalités des sexes à tous les niveaux et des taux élevés de redoublement et de perdition scolaire. Résultat, un déficit gravissime en termes d’apprentissage et d’insertion professionnelle des élèves n’ayant pas atteint le niveau de qualification minimum. Ce qui a favorisé la prolifération d’établissements privés sans pour autant remédier aux insuffisances de l’école publique. Avec, toutefois, un coût trop élevé par rapport au service rendu.


A. G.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc