×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    New Work Lab
    Un concept pour optimiser l’entrepreneuriat

    Par L'Economiste | Edition N°:4122 Le 27/09/2013 | Partager
    Des conférences et des rencontres pour vulgariser cette culture
    Social media, web marketing, RP… les métiers tendances

    Voilà une nouvelle façon de travailler ! Un concept proposé par la start-up New Work Lab, espace entièrement dédié à la nouvelle génération d’entrepreneurs et de travailleurs. Ce concept est venu accompagner toute une dynamique autour de l’entrepreneuriat qui prend désormais une nouvelle tournure. Mais au-delà de l’espace de travail collaboratif, dit «coworking space», le New Work Lab se veut un véritable lieu d’échange d’expériences. «Pour créer son entreprise, il est important d’être dans un environnement positif, créatif, propice à la collaboration et à l’apprentissage», explique Fatim Zahra Biaz, général manager de la start-up.
    Cette nouvelle approche vient en réponse aux mutations dans la façon de penser des jeunes travailleurs au Maroc. Il s’agit de «partager des expériences d’entrepreneuriat réussies, peut-être un déclic pour une grande partie d’entre eux», soutient la manager. En gros, le Lab se donne pour objectifs de susciter l’échange au sujet des nouvelles technologies, des start-up et de vulgariser une culture entrepreneuriale sociale et citoyenne. En parallèle, plusieurs conférences et rencontres sont organisées afin de stimuler la créativité des managers. Betsy Hoover, directrice de l’organisation digitale de la campagne d’Obama, a ouvert le bal en juin dernier. S’ensuivent des rencontres avec deux jeunes entrepreneurs français, Michel et Augustin, pour parler du marketing de rue qu’ils ont développé. Dans le même sillage, une conférence sera donnée par Harper Reed, spécialiste de l’économie digitale à la Sicilon Valley. Le New Work Lab propose également des formations dans le social media tous les samedis (twitter pour la communication, comment repérer les ambassadeurs d’une marque, décrocher des fans…).
    Le choix d’ouvrir le New Work Lab n’est pas anodin. Après quelques années passées dans le domaine du conseil en France, la jeune manager décide de se reconvertir dans l’entrepreneuriat. «A l’époque, je rencontrais de grandes difficultés en travaillant chez moi ou dans les cafés toute seule. Peu de temps après, j’ai découvert le concept de co-working et c’était une vraie révélation», témoigne Biaz.
    Convaincue que le Maroc a besoin de développer un écosystème entrepreneurial pour faire face à la compétitivité internationale, la jeune manager a ouvert sa start-up en mai dernier. «Plusieurs relations de networking se tissent ici. Des collaborations professionnelles ont vu le jour dans le Lab», poursuit-elle. Le cœur de cible de ce co-working space est constitué essentiellement d’entrepreneurs mais de plus en plus de freelancers dans le marketing digital, le social media ou encore les RP. Il n’exclut cependant pas les entreprises, puisque l’espace abrite conférences de presse, présentations de produits… mais dans un format inédit.

    Co-working

    Le mouvement des «co-working spaces» a démarré aux Etats-Unis en 2005 à San Fransisco, à l’initiative d’un groupe de jeunes entrepreneurs. L’idée était de créer un espace de travail à visage humain, chaleureux et surtout collaboratif correspondant aux attentes de cette nouvelle vague de travailleurs. Un mouvement de fond porté par l’expansion des nouvelles technologies, qui s’est ensuite vulgarisé grâce à l’avènement d’internet, du social media et des start-up. Plus qu’un espace de travail, le co-working se veut un état d’esprit favorisant le partage de compétences, le retour d’expériences et l’apprentissage permanent. Aujourd’hui, on compte près de 1.800 espaces de travail collaboratif  dans le monde dont 760 en Europe. Par ailleurs, il ne s’agit pas d’un concept grand public puisqu’il s’adresse à des profils bien précis.

    Imane NAJI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc