×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:4111 Le 12/09/2013 | Partager

■ Ils échangent leurs enfants adoptés
Certaines familles américaines connaissent des difficultés avec leur enfant adopté mais semblent avoir trouvé la parade pour venir à bout de ce problème: s’en séparer via Internet. Un échange entre parents consentants totalement illégal mais pourtant régulièrement pratiqué dans le monde. C’est en tout cas ce qu’a révélé la récente enquête d’une journaliste de Reuters. Le document en question aborde l’existence d’un réseau de groupes Facebook et Yahoo dédiés au Child exchange ou littéralement «échange d’enfants».
La pratique, portant également le nom de «private rehoming», est inspirée directement du marché des animaux de compagnie.
Au total, près de 5.029 annonces de ce type auraient été postées sur Yahoo en l’espace de cinq ans, avec une moyenne d’environ une offre par semaine. Des enfants âgés entre 6 et 14 et dont la plupart ont été adoptés dans des pays comme la Chine, la Russie, l’Ethiopie ou encore l’Ukraine.
Le plus jeune d’entre eux était âgé de seulement… dix mois! Alerté par le problème, Yahoo a décidé de fermer le groupe en question. Facebook a néanmoins refusé d’en faire autant.

■ Il se marie avec… une chèvre!
Agé de 74 ans, Aparecido Castaldo projette d’épouser Carmella. Problème, il s’agit d’une chèvre. Aussi, le retraité  brésilien, tailleur de pierres vivant à Jundiai, s’est rapidement heurté au refus de l’église catholique qui a été réticente à le marier à cet animal considéré comme symbole du diable. Qu’à cela ne tienne, Aparecido a fait appel à un prêtre sataniste connu au Brésil pour autoriser cette union pour le moins insolite. L’homme a cependant dû faire face à bon nombre d’associations qui se sont opposées à ce mariage.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc