×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Timitar: Kenny Rogers «allume» la scène

Par L'Economiste | Edition N°:4063 Le 28/06/2013 | Partager
Plus de 60.000 personnes sur la place Al Amal pour la soirée d’ouverture
Une quarantaine de journalistes étrangers au rendez-vous
Magda El Roumi à l’affiche vendredi et Khaled samedi

L’icône incontestée de la country music, habillé d’une chemise blanche et d’une écharpe aux couleurs des drapeaux marocain et américain, a livré au public de Timitar ses plus belles productions musicales

Kenny Rogers sera indéniablement un des artistes qui auront marqué la dixième édition du festival Timitar. La manifestation qui se poursuit jusqu’à samedi 29 juin 2013 a accueilli l’icône incontestée de la country music, Kenny Rogers. Un fait marquant pour le festival mais aussi dans la carrière de cette célébrité, puisque l’artiste se produit pour la première fois en Afrique. En effet, en pleine tournée européenne, le chanteur fait une escale au Maroc. Pour lui, c’est probablement une de ses dernières sorties à l’international puisqu’il envisage de se consacrer complètement à l’éducation de ses enfants âgés aujourd’hui de neuf ans, a-t-il indiqué lors d’une rencontre avec la presse.
Il s’est dit très intéressé par la musique amazighe et qu’il est bien possible qu’il en emprunte quelques airs pour ses futures productions. Sur la place Al Amal, le roi du country a véritablement enflammé le public. Au rendez-vous dès la première soirée, plus de 60.000 personnes sur ce site sans oublier le théâtre de verdure d’une capacité de 3.000 personnes qui a fait le plein. Sur cette scène, c’est la chanteuse maroco-hollandaise Hind qui a séduit l’assistance. Sur les deux sites de spectacles de la première soirée de Timitar, dès le coup d’envoi de l’évènement, ministres, autorités locales et élus étaient au rendez-vous. Parmi eux, le ministre Aziz Akhannouch et Abdessamad Kayouh, ministre de l’Artisanat, connu aussi pour être élu du Souss. Tarik Kabbage, maire de la ville, et Mohamed Yazid Zellou, wali du Souss-Massa-Drâa ont suivi les spectacles jusque tard dans la nuit.  Dans le public également, une quarantaine de journalistes des plus grandes chaînes de télévision mondiales. Le concept de mixité que véhicule la rencontre et la culture amazighe suscitent l’intérêt de tous. « La Presse internationale présente à Timitar veut en savoir plus sur le sujet et demande à rencontrer bien plus les artistes amazighs que les artistes étrangers au programme», indique un organisateur du festival. Tout ce monde-là  au rendez-vous de cette dixième édition génère de fortes retombées sur l’activité touristique. Mercredi soir, très tard dans la nuit, les snacks et restaurants de la ville servaient encore les clients tardifs qui après les concerts ont eu envie d’apaiser une petite faim. Les établissements hôteliers font aussi le plein en ce moment. Et pas seulement grâce aux chambres allouées pour le festival. Les visiteurs de passage ont du mal à trouver une chambre de libre.


Malika ALAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc