×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Tribune

Le message de l’Iran
Par Javier Solana

Par L'Economiste | Edition N°:4060 Le 25/06/2013 | Partager

Javier Solana a été Haut Représentant de l’UE pour la politique étrangère et la sécurité commune, ancien Secrétaire général à l’OTAN, et ancien ministre espagnol des Affaires étrangères. Il est actuellement directeur de recherche en politique étrangère à la Brookings Institution et président du centre ESADE pour l’économie globale et la géopolitique.

Le peuple iranien s’est exprimé et sa voix a été entendue. Plus de 70% des électeurs inscrits se sont rendus aux urnes pour élire le plus modéré des huit candidats à la présidence sélectionnés par le Conseil des gardiens de la Constitution, l’organisme qui, entre autres fonctions, approuve les candidats devant être élus à une fonction publique. La victoire surprise de Hassan Rohani au premier tour pourrait créer des ouvertures, à la fois au plan diplomatique et pour l’économie iranienne, très affaiblie par les sanctions.
Si ces ouvertures sont importantes, le potentiel de changement incarné par la victoire de Rohani n’est ni sans limites, ni certain. Le président iranien n’est pas seul à gouverner le pays. Il n’en reste pas moins que le résultat de cette élection est un signal fort et porteur d’espoir, dont les partenaires de négociation de l’Iran doivent prendre bonne note et réagir comme il se doit.
L’ambiance à Téhéran ce week-end offrait un contraste marqué avec la dernière élection présidentielle en 2009. En Iran, comme partout ailleurs, la rue est le meilleur baromètre social qui soit, et les 75 millions d’habitants du pays – exaspérés par une inflation galopante et les difficultés économiques – avaient toutes les raisons de faire la fête. Après avoir sélectionné huit candidats sur les 700 prétendants (rejetant notamment la candidature de l’ancien président réformateur Akbar Hachemi Rafsandjani et celle d’Esfandiar Mashaei, le protégé du président Ahmadinejad), le Guide suprême, l’ayatollah Ali Hosseini Khamenei, a laissé, avec prudence, son pays s’exprimer.
L’ampleur de la victoire de Rohani est significative: avec 18,6 millions de voix sur les 36,7 suffrages exprimés, l’ancien négociateur en chef du dossier nucléaire a battu les six candidats conservateurs à plate couture. Il était pourtant loin d’être donné favori. La plupart des observateurs estimaient que Saïd Jalili, l’actuel négociateur iranien du dossier nucléaire, l’emporterait, consolidant l’emprise de la ligne dure de Khamenei sur l’ensemble du gouvernement.
Mais la faction centriste et réformatrice est entrée en action en temps voulu. Dans la semaine précédant le scrutin, les deux anciens présidents Mohammad Khatami et Rafsandjani ont publiquement appuyé Rohani. Et trois jours avant le vote, le seul autre candidat du camp modéré, Mohammad Reza Aref, s’est retiré de la course à la demande de Khatami. Avec les camps centriste et réformateur unifiés derrière lui, Rohani a aisément remporté la victoire.
Lors des débats entre candidats à la présidentielle, que j’ai suivis de près, Rohani – seul candidat issu du clergé – a défendu un rééquilibrage des relations internationales et une meilleure gestion économique interne. Par leurs suffrages, les Iraniens ont clairement approuvé ce programme pragmatique, rejetant sans ambiguïté la politique de résistance d’Ahmadinejad et donnant la priorité à un rétablissement de l’économie sur les prétentions à une gloire nationale.
Lors de la conférence de presse qui a suivi son élection, Rohani a réitéré sa promesse de revoir la politique étrangère de l’Iran. Il s’est engagé à une plus grande souplesse envers la communauté internationale pour rétablir la position de son pays dans le monde et à une plus grande transparence pour établir une confiance mutuelle.
En ce qui concerne la question du nucléaire, il est évident qu’un retour à la situation de 2003 est impossible. L’offre avancée lorsque j’étais à la table de négociation avec Rohani ne tient plus. Mais grâce à sa victoire, l’Iran a fait un pas dans la bonne direction. Il revient aujourd’hui à ses partenaires de négociation de reconnaître qu’ils disposent en ce moment de la meilleure chance de progrès diplomatique depuis au moins quatre ans, et de faire un pas similaire.
Il est tout aussi évident qu’il serait absurde d’oublier que le Guide suprême tient fermement les rênes du dossier nucléaire. Mais en acceptant la victoire de Rohani, il a peut-être fourni un indice, à défaut d’un signal clair, qu’un changement de direction est envisageable.
Il reste à voir comment le traduire en pratique: la véritable question est de savoir quelle marge de manœuvre Khamenei est prêt à laisser à Rohani qui, comme tout chef d’État, sera tiraillé entre diverses tendances en matière de politique étrangère.
Une autre question internationale doit être posée, concernant le rôle des alliés régionaux de l’Iran. Bien que Rohani ne sera pas seul à prendre des décisions à ce sujet, il devra l’aborder de front s’il veut réellement réinitialiser les relations internationales de l’Iran.
La question à laquelle il doit répondre peut être formulée ainsi: quelle est la vocation de l’Iran? Le pays souhaite-t-il agir comme un acteur régional responsable, prenant place à la table de négociations des problèmes complexes de son voisinage? Ou continuera-t-il à faire valoir ses intérêts par le biais de mandataires déstabilisants et violents au Liban, en Irak et en Syrie?
Rohani est à mon avis un homme rationnel et raisonnable et j’espère qu’un dialogue international constructif peut être entamé. Bien que les tentatives pour forger une nouvelle voie diplomatique se heurteront sans doute à une opposition et à une résistance de la part des faucons iraniens, la communauté internationale doit faire confiance au peuple iranien et entendre le message qu’il a envoyé. Il est temps d’y répondre, en ouvrant des lignes de communications constructives et fondées sur des incitations qui permettent à l’ensemble des acteurs internationaux de trouver une solution sûre à la question nucléaire – et qui permettent aux dirigeants iraniens de mettre l’accent sur le rétablissement et la croissance économique que demande le peuple.

Fenêtre d’opportunité

Sur la question du nucléaire en particulier, qui dans le contexte de la diplomatie iranienne tend à dominer tout autre dossier, Hassan Rohani devra se prêter à un exercice de funambule. Lentement, mais sûrement, les lignes de communication – en particulier entre l’Iran et les Etats-Unis – devraient être rétablies. En fait, une fenêtre d’opportunité se présente pour les deux parties. Au moyen d’incitations diplomatiques soigneusement calibrées, un rapprochement est concevable. Comme nous le savons, une telle occasion est rare et doit être saisie sans tarder, compte tenu du risque que pose la question du nucléaire iranien au sein du voisinage volatil de l’Iran.

Traduit de l’anglais par Julia Gallin
Copyright: Project Syndicate, 2013.
www.project-syndicate.org

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc