×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Entreprises

    Télécoms: Le secret de la formule Inwi

    Par L'Economiste | Edition N°:4038 Le 24/05/2013 | Partager
    En 3 ans, l’opérateur bouscule le marché et séduit 12 millions de clients
    Chutes vertigineuses des prix, -27% en 2012 et -22% à fin mars dernier
    Bientôt l’ADSL et la 4G

    Source: ANRT
    Inwi a pu grignoter plus de 25% de part de marché du mobile en 3 ans, soit quelque 12 millions de clients. Toutefois, avec un taux de pénétration de 121,5% (fin mars 2013), difficile de faire mieux. C’est la raison pour laquelle l’opérateur mise sur d’autres relais de croissance, notamment l’ADSL et la 4G

    Le lancement d’Inwi il y a 3 ans a totalement bousculé le marché des télécoms. Avec sa politique tarifaire et ses formules innovantes, Inwi a poussé ses concurrents, Meditel et Maroc Telecom (IAM), à sortir de leur zone de confort et repenser leurs offres. Partant, l’usage du téléphone portable s’est nettement démocratisé. Les prix n’ont cessé de chuter. En 2012, ils ont baissé de 27%. Au premier trimestre 2013, ils ont reculé de 22%. Ceci a naturellement encouragé la consommation qui a connu un bond de près de 39,5% l’an dernier. Inwi accapare aujourd’hui plus de 25% de part de marché. Comment l’opérateur a-t-il pu s’assurer une place aux côtés de IAM et de Méditel? Il se défend en tout cas de pratiquer des tarifs prédateurs. Selon son management, le succès de la formule Inwi est surtout dû à son offre innovante. «Quand nous avons lancé la marque en 2010, le marché était truffé de promotions quasi-permanentes auxquelles les clients ne comprenaient rien. Nous sommes arrivés avec un prix à la minute équivalent à nos concurrents, mais en libérant l’usage du téléphone grâce au paiement par seconde et non pas par minute entière», explique Frédéric Debord, DG d’Inwi. En d’autres termes, l’opérateur pratique les mêmes tarifs que la concurrence, mais en permettant à ses clients de ne payer que ce qu’ils ont réellement consommé. «Nous avons réduit, voire supprimé, le fameux phénomène du bip qui permettait à cette époque d’éviter de se faire piéger par la boîte vocale qui vous prenait d’un coup toute 1 minute», poursuit Debord.
    Le 3e acteur du marché veille aussi à être là où ses concurrents n’ont pas pensé, ou osé, aller. Il surprend en proposant l’Internet mobile en mode prépayé, une première au Maroc. C’est aussi le seul opérateur à envoyer des SMS à la fin de chaque appel, en vue de permettre à tout abonné de faire le suivi de sa consommation en temps réel. Il mise, en outre, sur la proximité, en offrant à ses clients la possibilité de composer eux-mêmes leur abonnement, en fonction de leurs besoins.
    Inwi se démarque, par ailleurs, avec des campagnes de communication assez percutantes. «Contrairement aux apparences, nous investissons moins que nos concurrents, mais nous essayons de faire la différence et d’être cohérents avec nos valeurs», insiste Debord. Prochaine étape: l’ADSL et la 4G, deux produits sur lesquels Inwi devrait bientôt se positionner, selon son top management.

    RH: Une forte culture d’entreprise

    Afin de fidéliser ses collaborateurs et optimiser leur performance, Inwi veille à leur inculquer une forte culture d’entreprise, basée sur «la simplicité, la proximité et l’audace». Une multitude d’évènements et d’activités sont organisés dans ce sens, dont des programmes d’intégration, des cafés-débat, des concours d’expression, des ateliers de coaching, ou encore des semaines thématiques autour du bien-être au travail. Sans compter la célébration de l’anniversaire de la marque avec les employés et leurs familles. En matière de recrutement, c’est la mobilité interne qui prime. «Cela permet à nos collaborateurs d’être acteurs de leur gestion de carrière, de pouvoir évoluer vers d’autres postes au sein de l’entreprise et de consolider ainsi leurs acquis professionnels ou développer de nouvelles compétences», relève le management d’Inwi.

    A. NA.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc