Entreprises

Delta Holding affaibli par le conflit à Kénitra

Par L'Economiste | Edition N°:3994 Le 22/03/2013 | Partager
Recul de 20% du chiffre d’affaires à 2,2 milliards de DH
Les profits consolidés chutent de 55%
La holding va différer la distribution des dividendes

Source: Delta Holding
Après la publication d’un profit warning sur ses résultats semestriels, Delta holding a vu ses revenus et surtout son bénéfice chuter de 55%. Les blocages illégaux de l’activité des filiales à Kénitra et une conjoncture peu porteuse expliquent le retrait de l’activité du groupe

Confrontée aux blocages illégaux sur plusieurs mois de l’activité des filiales installées à Kénitra, Delta holding a sans surprise publié des résultats annuels en forte baisse. En août déjà, elle avait émis une alerte sur ses résultats semestriels. Son chiffre d’affaires annuel chute de 20% à 2,2 milliards de DH. Les perturbations enregistrées au niveau des filiales s’ajoutent à une conjoncture peu porteuse. La commande publique également n’était pas au rendez-vous. Cela s’explique, selon le groupe, par les retards enregistrés dans l’ouverture des crédits de certaines administrations et organismes publics. Ce qui a conduit la société à délocaliser une partie de ses activités à l’étranger et même au Maroc. Conséquence: «un surcoût important que nous avons intégré dès le départ», soutient Fouad Fahim, président du groupe. «Le manque à gagner engendré est équivalent à la baisse du résultat consolidé», ajoute-t-il. D’ailleurs, le management de Delta Holding assimile ce manque à gagner à un investissement pour les années à venir (plus de 150 millions de DH).      
Cependant depuis trois mois, les choses commencent à entrer dans l’ordre. «Suite à l’intervention des autorités, il y a quelques mois, la reprise se fait progressivement», confie Fahim à L’Economiste.     
Toujours est-il, Delta holding a vu son résultat net passer de 329 millions de DH à 147 millions de DH en 2012. Toutefois, le résultat social de Delta Holding SA progresse de 18% à 182 millions de DH. Ceci dit, Delta holding va différer la distribution de dividendes. Ce sera une première pour la holding depuis son introduction en Bourse en 2008. Mais attention Fouad Fahim, le président du groupe s’en défend. «Cela nous permettra d’anticiper nos besoins de développements et d’investissements futurs ainsi que de préserver notre capacité d’autofinancement habituelle».   
L’un des points positifs pour le groupe l’année dernière est le bon comportement de l’activité à l’international. Le chiffre d’affaires réalisé à l’export a totalisé 216 millions de DH l’année dernière. Il représente les produits fabriqués au Maroc et exportés. Il s’agit particulièrement de sel gem, bitume, éthanol et autres équipements et composants industriels qui sont expédiés en partie en Algérie, en Tunisie et en France. En perspective, le management compte renforcer son positionnement dans ces activités à l’export, mais surtout envisage de développer ses activités à l’international. Des activités qui dégagent quelque chose comme 200 millions de DH. Présente aussi bien au Sénégal qu’au Cameroun et au Togo, le groupe vient de se renforcer également en France en janvier 2013 en rachetant CPS France, une société spécialisée dans les équipements et services destinés aux collectivités locales.


F. Fa.        

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc