×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Entreprises

    Recherche scientifique Le cahier des charges du nouveau patron du CNRST

    Par L'Economiste | Edition N°:3961 Le 05/02/2013 | Partager
    Il est appelé à relancer la recherche scientifique
    Il doit nouer des partenariats avec les universités étrangères
    Une convention sera signée avec la faculté de médecine d’Ottawa

    «Nous aurions pu éviter les dysfonctionnements de la Caisse de compensation et des retraite si la recherche scientifique était à la hauteur». L’affirmation est du ministre de l’Enseignement supérieur prononcée lors de la cérémonie d’installation  du nouveau directeur du Centre national pour la recherche scientifique et technique (CNRST), Driss Aboutajdine, hier à Rabat. Pour Lahcen Daoudi, la recherche devait être le principal pilier de la politique nationale. «Il fallait d’abord s’y atteler avant d’entamer les grandes réformes», a-t-il déploré.
    Le nouveau directeur du CNRST abonde dans le même sens: «La recherche scientifique est un levier essentiel pour le développement économique et social, capable de contrebalancer les effets de la crise». Il a même tenu à souligner que «le contexte économique a démontré la nécessité du recours à ce domaine pour assurer une croissance nécessaire au maintien de la création d’emplois».
    Concrètement, Driss Aboutajdine est essentiellement appelé à rehausser la recherche scientifique marocaine au niveau international. Le ministre de tutelle l’a confirmé. Pour lui, le CNRST devrait renforcer ses partenariats à l’international. Un chantier que le ministère a déjà lancé. «Le CNRST de France et l’Institut national de la recherche scientifique d’Ottawa vont bientôt délocaliser une partie de leurs activités au Maroc», a-t-il fait savoir. Les partenariats que le nouveau directeur du Centre devrait nouer doivent également se faire avec les universités. «Driss Aboutajdine devra également chapeauter la politique menée par le ministère pour faire du Maroc un hub universitaire et un pays d’accueil des étudiants», a indiqué le ministre en rappelant les conventions déjà conclues avec l’Ecole centrale de Paris, l’Université euro-méditerranéenne ou encore Polytechnique de Barcelone. D’autres partenariats sont dans le pipe. Selon Daoudi, une convention devrait être signée avec la faculté de médecine d’Ottawa. Une autre, avec la Libye, est également prévue.   
    Par ailleurs, Lahcen Daoudi n’a pas manqué de rappeler les maux dont souffre le CNRST. Pour le ministre, l’abondance de structures oeuvrant dans le domaine de la recherche scientifique représente un grand obstacle pour le CNRST. Il faudra donc recadrer les missions de chacun de ces établissements.

    Appels à projets

     

    A peine nommé, le nouveau directeur du Centre a déjà des pistes pour faire de son établissement une locomotive en matière de recherche et développement. Driss Aboutajdine compte lancer des appels à projets pluridisciplinaires en collaboration avec la recherche sectorielle. D’autres appels à projets ayant un impact sur le développement et l’accompagnement des grands chantiers structurants sont également prévus. Certains de ces appels s’appuyeront sur les plateformes technologiques et expérimentales des universités et des clusters. 

    Hajar BENZHA

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc