×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Pétrole/Gaz
Une nouvelle cartographie mondiale

Par L'Economiste | Edition N°:3943 Le 07/01/2013 | Partager
Essor des hydrocarbures de schiste aux USA, au Canada et au Brésil
Et émergence de l’industrie offshore

La cartographie mondiale du pétrole va être modifiée. Ceci grâce à l’essor des  hydrocarbures de schiste aux Etats-Unis, au Canada ou encore au Brésil. Nous allons assister dans les prochaines années à de nouveaux pays producteurs d’or noir et de grands flux commerciaux, de l’avis de certains experts. Ils justifient leur constat par la hausse de la production de brut aux USA et aussi par l’envol de pétroles de schiste qui se concentrent autour de la formation géologique Bakken dans le Dakota du Nord.
En 2012, la production de pétrole brut des Etats-Unis s’est accrue de 800.000 barils par jours (b/j), soit une hausse de 14%, selon les statistiques du département américain de l’énergie. Cette année, près de 700.000 b/j s’ajouteront et devront porter la production moyenne annuelle à 7,1 millions de barils par jours (Mb/j). Les experts de l’Agence d’information sur l’énergie (AIE) créent la surprise en annonçant que le pays d’Obama a déjà dépassé l’Arabie Saoudite ! Un avis soumis après avoir additionné tous les liquides comme le ¬pétrole brut, les huiles extraites des gisements gaziers et les biocarburants liquides. Déjà en novembre, l’AIE avait prédit dans un rapport que les Etats-Unis pourraient devenir le premier producteur de pétrole brut au niveau mondial en 2017. Les économistes ont prédit également que les importations américaines de pétrole du Moyen-Orient seraient même à zéro.
Au niveau mondial, la part de l’Opep (l’Organisation des pays exportateurs de pétrole) dans l’apport du marché mondial du pétrole devrait se tenir autour de 35 à 40%, d’ici à la fin de la décennie. Indétrônable, l’Arabie Saoudite dispose de réserves suffisantes pour garder sa place de premier exportateur mondial. Pour sa part, l’Irak fera sa place en peloton de tête avec une bonne production malgré les incertitudes sur la sécurité et l’environnement pour les investisseurs.
Il n’y a pas que dans l’Opep où des changements sont signalés. En dehors de l’Opep, la carte mondiale se redessine également avec l’émergence d’autres pays comme le Canada et le Brésil. Cette année, le groupe latino-américain devrait extraire des quantités de ses gisements sous-marins enfouis sous une couche de sel. Globalement, l’industrie offshore va prendre de plus en plus de place dans la production pétrolière mondiale (autour de 16% d’ici 2015). Les régions les plus prometteuses sont le Brésil, l’Afrique de l’Ouest, le golfe du Mexique, l’Australie et la Malaisie…


F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc