×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Evénement

    Le cadeau de Qotbi et de L’Economiste

    Par L'Economiste | Edition N°:3689 Le 30/12/2011 | Partager
    Une planche numérotée et signée par l’artiste
    Une manière aussi de célébrer les 20 ans du journal

    Mehdi Qotbi a signé chacune des 27.802 planches qu’il a dessinées spécialement pour les lecteurs de L’Economiste

    LES lecteurs de L’Economiste ont droit à leur cadeau de fin d’année. Il s’agit d’une reproduction d’un tableau de Mehdi Qotbi distribuée avec le numéro que vous avez entre les mains. Une tradition que le journal reconduit pour la troisième fois. Mais cette édition est spéciale car elle coïncide avec les 20 ans de L’Economiste. En tout, 27.802 planches ont été signées par l’artiste avec enthousiasme. Une tâche laborieuse à laquelle il s’est consacré durant deux semaines et qui a mérité une inscription au Guinness des records! «C’est la première fois que le lecteur a droit à sa propre œuvre numérotée et signée», souligne-t-il. Il choisit pour l’occasion d’intégrer le chiffre 20 pour rappeler le vingtième anniversaire de L’Economiste. Et ce, grâce au savoir-faire de l’imprimeur «Imprigema» qui a réussi à faire en sorte que suivant l’angle de vue on voit ou on ne voit pas le 20.
    Le tableau, tout en calligraphie arabe à l’instar des autres œuvres de Qotbi, est un délicat mélange de rouge, de jaune et de doré (un autre défi pour l’imprimeur !). «J’ai opté pour des couleurs de joie et de bonheur pour éclairer le nouvel an des lecteurs de L’Economiste», explique l’artiste.
    Comme les années précédentes, l’opération est promise à un beau succès. Beaucoup ont d’ailleurs conservé précieusement ces reproductions! Qotbi explique que des gens de Marrakech lui avaient demandé d’apposer à nouveau sa signature sur leurs copies. Il se raconte aussi que certains en ont tiré un bon prix sur la place Jamaâ El Fna ! Il faut dire que Mehdi Qotbi est une valeur montante, lui que SM le Roi Mohammed VI a nommé récemment à la tête de la «Fondation nationale des musées » (cf www.leconomiste.com du 21 décembre 2011). Il compte rapidement se mettre au travail pour concrétiser ses idées au profit du champ culturel marocain. Dans ce sens, le premier souci de la Fondation est de réaliser un inventaire du patrimoine culturel. Ensuite, afin de mieux faire connaître le Maroc, sa culture et son histoire, un enrichissement des collections est prévu. Le carnet d’adresses du peintre sera précieux, comme il l’était lorsqu’il s’agissait d’entretenir les liens entre la France socialiste et le Maroc de Hassan II.

     

    Parcours
    Mehdi Qotbi est lauréat de l’Ecole des Beaux-Arts de Toulouse et de l’Ecole supérieure des Beaux-arts de Paris. Fondateur du Cercle d’amitié franco-marocain et de l’Association Trait d’Union Maroc-Europe, il est très impliqué dans la promotion du Royaume et est connu pour son engagement en faveur de la démocratie et des droits humains.
    L’artiste jouit d’une notoriété internationale dans les domaines artistique et culturel. Il a été distingué à plusieurs reprises au Maroc et en France, notamment Officier de l’Ordre du Trône et détenteur des insignes d’officier de l’Ordre national du mérite de la République française et des insignes de Commandeur dans l’ordre des Arts et des Lettres, la plus haute distinction culturelle en France.
    Il a également été fait Chevalier des Palmes académiques par le gouvernement français. Son travail figure dans un grand nombre de collections publiques et privées, au Maroc, en France, aux Etats-Unis, en Indonésie, en Arabie Saoudite, en Jordanie, en Allemagne et au Canada. Ses œuvres sont exposées dans différents musées à travers le monde, dont le British Museum, le centre Pompidou, le musée d’art moderne de la ville de Paris.
    De plus, il a également collaboré avec de nombreux noms littéraires et critiques, tels que Pierre Restany, Yves Bonnefoy, Léopold Sédar Senghor, Michel Butor, Nathalie Sarraute et Octavio Paz.

    A. E.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc