×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Europe

    Les nouveaux défis de l’Europe

    Par L'Economiste | Edition N°:3687 Le 28/12/2011 | Partager
    La commission prévoit 129 nouvelles initiatives
    Objectif : favoriser la croissance et réviser le secteur des finances
    L’UE amplifie également ses relations avec l’international

    La commission européenne de 2012 renouvelle les priorités de l’Europe. La réforme du secteur financier et la relance de la croissance de l’emploi figurent parmi les objectifs prioritaires à réaliser pour cette nouvelle année

    Ça bouge en Europe. En effet, la future feuille de route prévue pour 2012 se basera sur la croissance économique, la retouche du secteur financier et sur une expansion à l’international accrue.Un retour aux sources qui prendra la forme de 129 nouvelles initiatives d’ici l’année prochaine, même si les mesures déjà mises en œuvre ou sur le point de l’être ne seront pas oubliées pour autant. La finalité de cette stratégie consiste à stabiliser l’économie européenne et à y rétablir un climat de confiance.
    Le premier pôle abordé par la commission européenne dans sa feuille de route concerne le secteur des finances. Il s’agira dans un premier temps de s’assurer pour la commission de la réalisation et de l’aboutissement des projets déjà lancés, tels que les agences de notation de crédit, les normes de fonds propres ou encore la lutte contre les abus de marché. Par ailleurs, l’association gouvernementale a également planifié une évaluation des programmes déjà finalisés. Quant aux nouvelles mesures dans le domaine, elles concerneront avant tout la confiance des investisseurs. L’organe prévoit ainsi de mettre fin aux paradis fiscaux, d’instaurer un système de TVA moderne pouvant permettre d’éviter les problèmes de fraude ou encore de revoir à la baisse les charges administratives des petites entreprises. Il s’agira également de protéger les activités financières de la zone euro contre la fraude et les opérations illégales dans l’optique de préserver l’argent de ses contribuables.
    Parallèlement au secteur financier, la création d’emplois et la reprise de la croissance ont également été plébiscitées par la commission européenne. Pour cela, l’association a opté pour le développement de l’intégration économique de l’UE. Pour cela, une étude soignée des 12 propositions de l’Acte pour le marché unique européen sera mise en place. Objectif : aider les Etats membres à survivre à la crise et relancer la croissance économique. Par ailleurs, de nouvelles mesures seront établies pour favoriser la mobilité des jeunes demandeurs d’emploi en Europe. De plus, une réforme du réseau européen des services de l’emploi est également prévue pour pouvoir faciliter l’accès aux offres d’emploi à l’étranger.
    Mais l’Union européenne pourrait aussi adopter de nouvelles perspectives à l’échelle internationale. Ainsi, elle prévoit de signer un accord de libre –échange avec le Japon ainsi qu’un accord d’investissement avec la Chine.
    Karim AGOUMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc