×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:3686 Le 27/12/2011 | Partager

• Tunisie: Les promesses du Premier ministre
Le nouveau Premier ministre tunisien, l’islamiste Hamadi Jebali, a promis hier lundi, que son gouvernement donnerait l’exemple en matière de transparence et bonne gouvernance. C’était lors de la cérémonie de passation des pouvoirs avec son prédécesseur, Béji Caid Essebsi. Vendredi dernier, le gouvernement établi par Jebali, numéro 2 du parti islamiste Ennahda, a été soutenu par la majorité des membres de l’Assemblée constituante, par 154 voix pour, 38 contre et 11 abstentions.  Ennahda, vainqueur du scrutin, contrôle les ministères clés de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de la Justice, dans ce gouvernement de 41 membres qui comprend également des indépendants et des militants de deux partis alliés du mouvement islamiste, le Congrès pour la République (CPR) et Ettakatol. Ce gouvernement doit relever plusieurs défis, notamment l’insécurité, le chômage, le déséquilibre régional entre les zones côtières et les zones intérieures déshéritées, ainsi que le recul de l’investissement.

• Fukushima: Un rapport accablant
Un groupe d’experts mandatés par le gouvernement japonais a mis en cause le manque de préparation et d’organisation face à l’accident de la centrale nucléaire de Fukushima provoqué par le séisme et le tsunami du 11 mars dans le nord-est du Japon, selon un rapport publié hier lundi 26 décembre.  Le fait que la hauteur des vagues du tsunami ait dépassé les prévisions ne saurait servir d’excuse à la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco) face à la gestion de l’accident, le pire depuis celui de Tchernobyl en 1986, estiment les enquêteurs. Le rapport intermédiaire accuse Tepco de ne pas avoir correctement évalué et géré la situation, faute de connaissances suffisantes sur les équipements et sur la façon de réagir. Selon ce document, la fusion du combustible dans les réacteurs et les rejets de substances radioactives auraient pu être limités si les techniciens avaient procédé à des relâchements de pression dans les réacteurs 1 et 3 et commencé à injecter de l’eau plus tôt.  La mauvaise communication entre les équipes de travail à Fukushima a également conduit de petits groupes d’intervenants à prendre des initiatives sans en informer leurs supérieurs.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc