×
  • L'Editorial
  • Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2020 Prix de L'Economiste 2019 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie Internationale

    Lagarde à l’écoute des Africains

    Par L'Economiste | Edition N°:3682 Le 21/12/2011 | Partager
    Grâce au pétrole et à l'uranium, les perspectives du Niger s’améliorent
    La tournée s’enchaîne sur Niamey

    Christine Lagarde avait rencontré, lundi 19 décembre, la ministre des Finances Ngozi Okonjo-Iweala qui est une ancienne directrice de la Banque mondiale et d'autres responsables économiques. Elle s'est aussi entretenue avec le président Goodluck Jonathan

    L'économie mondiale se trouve à un tournant très dangereux. C’est l’avis de Christine Lagarde, la DG du FMI, qui est en tournée, du 18 au 22 décembre, en Afrique (Nigeria, Niger). Elle a d’ailleurs mis en garde, lors d'une table ronde sur l'avenir économique de l'Afrique tenue à Lagos, contre de possibles répercussions néfastes de la crise sur les pays les plus pauvres. Elle a même parlé d’une crise de confiance marquée par un chômage élevé et un ralentissement de la croissance mondiale.
    Le tableau n'est pas si sombre du moins pour le continent africain. Grâce au pétrole et à l'uranium, les perspectives du Niger s’améliorent. Un nouveau projet de traitement du pétrole brut et l'augmentation de la production d'uranium devraient stimuler la croissance économique du Niger à partir de l'année prochaine, note le FMI dans son bilan de l'économie de ce pays d'Afrique de l'Ouest. La hausse des recettes tirées des ressources naturelles devrait aussi contribuer à améliorer la position budgétaire et extérieure du Niger à moyen terme. Un projet pétrolier intégré qui prévoit l'extraction et le raffinage de 20.000 barils par jour de pétrole brut devrait entrer en service en 2012. Une nouvelle mine d'uranium qui fera du Niger le deuxième producteur mondial devrait entrer en phase de production d'ici 2014. Les exportations pétrolières et minières du pays devraient tripler entre 2011 et 2016, et donner une impulsion aux recettes tirées des ressources naturelles. Ces projets de grande envergure devraient améliorer la position budgétaire et extérieure du Niger et créer des conditions propices à la croissance et à la réduction de la pauvreté, selon le FMI. Il est prévu que la croissance du PIB bondira à 14,1% en 2012, contre 3,8 % en 2011, selon les projections. La priorité du Niger pour la période à venir est de tirer parti de l'augmentation prévue de la production pétrolière et minière pour accélérer la croissance et la réduction de la pauvreté.
    Lagarde est attendue à Niamey ce mercredi. Elle est invitée à participer à un conseil des ministres, à prononcer un discours devant l'Assemblée nationale et à rencontrer des représentants d'institutions financières et du secteur privé. Le grave problème du chômage des jeunes en Afrique ainsi que les retombées de la crise de la dette européenne seront au centre du voyage de Christine Lagarde. Il faut dire que de nombreuses nations africaines dépendent des investissements et des échanges européens.

    Fatim-Zahra TOHRY

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc