×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Décision controversée

Par L'Economiste | Edition N°:3590 Le 08/08/2011 | Partager

Toutes les places financières, en forte chute la semaine dernière, s’inquiètent des conséquences de la nouvelle notation même si elles l’attendaient

L’abaissement de la note souveraine des Etats-Unis devrait de nouveau propulser sur le devant de la scène le débat sur les agences de notation. De toute évidence, la décision de Standard & Poor’s n’est pas appréciée par tous, surtout dans la conjoncture actuelle. «S&P ajoute une bûche supplémentaire dans le feu qui est en train de prendre», note Elie Cohen, économiste et directeur de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Paris. Aujourd’hui, ces agences, qui soufflent le chaud et le froid sur les marchés, ne font plus tellement l’unanimité. «Ces gens ne sont certainement pas en position d’émettre un jugement», a estimé Paul Krugman, prix Nobel d’économie, rappelant les triples A distribués par les agences de notation dont S&P aux produits toxiques à l’origine de la crise financière de 2008. Pour l’administration américaine, l’agence de notation aurait surestimé de 2.000 milliards de dollars les déficits budgétaires jusqu’en 2021. De son côté, S&P a estimé avoir émis un jugement politique. L’analyse de S&P repose essentiellement sur l’incapacité des démocrates et des républicains à gouverner ensemble. La Chambre des représentants est contrôlée par les républicains. L’agence de notation estime par exemple que les réductions d’impôts adoptées sous l’administration de George W. Bush ne seront pas interrompues comme prévu en 2012 en raison de l’opposition féroce des républicains. «La taille de l’économie des Etats-Unis, la richesse de leurs habitants et les actifs de l’Etat fédéral lui-même sont sans aucun doute plus qu’adéquats pour rembourser, avec intérêts, la totalité des 14.000 et quelques milliards de dollars de la dette du pays», estimait pour sa part Daniel Alpert, fondateur de la banque d’investissement Westwood Capital.

 

F. Fa

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc