×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

    Focus

    Technologies de l’information
    La surenchère des salaires ralentit

    Par L'Economiste | Edition N°:3588 Le 04/08/2011 | Partager
    2.000 intentions de recrutement et des augmentations de l’ordre de 5%
    Une enquête détaillée sur les rémunérations réalisée par l’Apebi

    La présente grille fournit un comparatif entre les postes occupés et le niveau de rémunération annuel (salaires de base brut, primes, autres…) sur une période de 4 ans

    Un référentiel des métiers et des compétences… C’est la réponse choisie par les acteurs du secteur des technologies de l’information (TI), regroupés sous l’égide de la Fédération des technologies de l’information des télécommunications et de l’Offshoring (Apebi), pour remédier à la surchauffe des salaires et au turn-over. Et donner un benchmark sur lequel s’appuyeront les DRH pour définir leur politique salariale.
    Cela a donné lieu en 2010 à la réalisation d’une étude qui détalle les prétentions salariales et les caractéristiques comportementales, managériales et techniques de pas moins de 15 profils sur tout le secteur. L’édition 2011 de l’enquête a ratissé plus large. Elle élargi le nombre de profils étudiés à 31, grâce notamment à un échantillon de 185 entreprises. L’échantillon sélectionné est composé de l’ensemble des membres de l’Apebi, des TPE de l’Astec (Association des Sociétés du Technopark) ainsi que des grandes entreprises membres de l’Ausim (Association des Utilisateurs des Systèmes d’Information)…
    Une étude par les TI, pour les TI et sa clientèle. Principale conclusion de l’édition 2011: L’inflation des salaires s’est largement endiguée par rapport à la période 2008-2009. L’analyse comparative révèle que le phénomène s’est relativement tassé ces deux dernières années sur certains profils, notamment les développeurs et les chefs de projets. «En effet, 2009 a marqué une réelle surchauffe des salaires due à la rareté des ressources et à la surenchère sur les salaires de la part de chaque acteur dans l’objectif de disposer de la ressource qu’il lui faut», rappelle Abdellah Deguig, président de l’Apebi. La prise en compte de ces variables a permis depuis d’analyser les salaires et de déterminer ce que vaut le même profil chez des multinationales, chez des intégrateurs et chez des acteurs locaux. «Grâce à cette visibilité, il devient plus évident de maîtriser l’inflation des salaires et le turn-over des collaborateurs», souligne Deguig. Celui-ci s’est notamment limité à 10% en 2011 contre 14% en 2009. L’étude s’est également intéressée aux intentions de recrutement, aux stratégies de formation et aux systèmes de promotion.
    A ce titre, le potentiel de recrutement devrait atteindre les 2.000 emplois crées sur les 24 prochains mois. «Les budgets de formation 2011 sont en très nette progression par rapport aux années précédentes et de plus en plus d’entreprises ont décidé de passer de la simple gestion du personnel à une véritable politique de gestion du capital humain», se félicité Deguig. En outre, les résultats de l’étude font valoir une prévision moyenne d’augmentations de salaires de 5% sur les prochains mois.

    A. N.

    • SUIVEZ-NOUS:

    1. CONTACT

      +212 522 95 36 00
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]
      [email protected]

      70, Bd Al Massira Khadra
      Casablanca, Maroc

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc