×Membres de L'Economiste Qui sommes-nousL'Editorialjustice régions Dossiers Société Culture Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: L’effet Argana est là

Par L'Economiste | Edition N°:3562 Le 29/06/2011 | Partager
Les nuitées reculent de 17% en mai
Marrakech cède 23%

CONJONCTURE difficile, erreur d’appréciation en termes de stratégie, décalage entre l’offre et la demande… Au diagnostic établi souvent à demi-mots par les professionnels du tourisme, il faut ajouter l’effet terrorisme. Les derniers chiffres de l’Observatoire sur le tourisme à fin mai l’attestent. A l’exception d’Agadir qui est sur une évolution des nuitées de 11%, toutes les autres destinations ont dévissé. Fès cède 13%, Ouarzazate 6%, Marrakech 4% et Tanger 3%. La ville ocre a fait les frais non seulement du printemps arabe mais également de l’attentat terroriste du café Argana. Pour le seul moi de mai, elle a enregistré une baisse de 23% des nuitées. Ce qui ne manquera pas d’affecter le business des hôteliers.

Au cours des cinq premiers mois de l’année, le nombre de nuitées enregistrées au niveau national a quasi stagné (0,2%): les non-résidents sont en recul de 3,6% contre une augmentation de 14,4% pour les résidents. Le salut viendrait-il du tourisme intérieur qui représente le quart des nuitées totales? En tout cas, les résidents semblent maintenir le cap. A condition que les hôteliers fassent preuve d’innovation en matière d’offres, et surtout de prix. Ce qui est loin d’être le cas pour l’heure. Quant aux principaux marchés émetteurs, ils n’étaient pas au rendez-vous. Les baisses concernent surtout les marchés français (-7%) et espagnol (-30%). En revanche, des hausses sont enregistrées sur les marchés britannique (8%), allemand (12%), belge (17%) et arabe (7%) qui, en valeur absolue, restent des marchés émetteurs relativement faibles.
Pour le seul mois de mai, les nuitées dans les établissements classés ont reculé de près de 17%. Elles sont à plus de 1,2 million contre 1,5 million en 2010. Ce sont surtout les touristes français, premier marché émetteur, qui ont fait défection. En mai 2010, ils avaient contribué pour 568.755 nuitées contre 407.645 cette année, soit une baisse de 28,3%. Sur les huit principaux marchés émetteurs, seuls les Belges affichent une croissance positive de 5% durant le mois de mai. Depuis le début de l’année, le taux d’occupation moyen des chambres a stagné. Il est de 42%, soit en dessous du seuil «psychologique de rentabilité» que les investisseurs évaluent à 50%.
Pourtant, les arrivées internationales à fin mai ont atteint plus de 3,2 millions de touristes, soit plus 6,6% comparativement à la même période de l’année précédente. Une tendance soutenue par les principaux marchés: 4% pour la France, 18% pour l’Allemagne, 14% pour le Royaume-Uni, 8% pour l’Italie et 18% pour la Belgique.

K. M. & B.T.

Chère lectrice, cher lecteur,

L'article auquel vous tentez d'accéder est réservé à la communauté des grands lecteurs de L'Economiste. Nous vous invitons à vous connecter à l'aide de vos identifiants pour le consulter.
Si vous n'avez pas encore de compte, vous pouvez souscrire à L'Abonnement afin d'accéder à l'intégralité de notre contenu et de profiter de nombreux autres avantages.

Mot de passe oublié?
CAPTCHA
This question is for testing whether or not you are a human visitor and to prevent automated spam submissions.
ABONNEZ-VOUS
  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc